Cadre de concertation convoqué par le MATD : « on ne participe pas à la mamaya » (Fodé Oussou, UFDG)

Print Friendly, PDF & Email

A travers un courrier, le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation a convié les coalitions de partis politiques au troisième round du cadre de concertation qui se tiendra du 24 au 30 juin 2022.
A peine convoqué, ce cadre de concertation est sur le coup d’être boycotté par certaines coalitions politiques qui sollicitent un cadre de dialogue et non un cadre de concertation.
« Lorsqu’on a vu le Premier ministre à la télévision, lorsqu’on a suivi son discours, on a pensé honnêtement que peut-être, ils ont compris et que les choses allaient changer. Monsieur le premier ministre, c’est lui qui est chargé du dialogue social, c’est son rôle. Le premier ministre intervient, le lendemain on reçoit un courrier du ministre de l’administration du territoire, Mory Condé qui est en contradiction avec le discours prononcé par le premier ministre. Mory Condé dit dans son discours qu’il invite les gens à la troisième session du cadre de concertation. Nous avons dit que nous ne sommes pas concernés par rapport à ça. Il a réuni des gens, il a fait deux sessions de cadre de concertation. Personne ne connait les résultats obtenus. Comment voulez-vous qu’on ne participe pas à la 1ère et à la 2ème session et que Mory Condé nous amènent un courrier ? Il faut avoir du respect pour nous », a rappelé Fodé Oussou Fofana.

Le premier vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) indique que l’ANAD ne participera pas au cadre de concertation appelé par Mory Condé qu’il qualifie de Mamaya.
« Pour deux raisons, nous n’allons pas participer à ça parce qu’on est pas concerné. On ne participe pas à la troisième session. On n’a pas participé à la première, à la deuxième, on ne participe pas à ça. Deuxièmement, nous voulons participer à un cadre de dialogue clair et net. Le premier ministre va demander au colonel Doumbouya de prendre un décret. On va dire, voilà le cadre de dialogue. Partis politiques, envoyez vos représentants, société civile, vos représentants, les partenaires techniques, les représentants, un facilitateur représentant la CEDEAO. Quand c’est ça, ça devient sérieux. Nous, on ne participe pas, je le dis encore à la mamaya. Quand vous réunissez plus de 150 personnes dans une salle, vous envoyez un courrier et vous dites à toutes les coalitions là aujourd’hui comme Mory Condé l’a dit, si vous avez 22 coalitions, vous le multiplier par trois, vous mettez dans la salle, plus de 66 personnes, ce n’est pas sérieux, ça devient de la mamaya », a souligné Fodé Oussou Fofana dans « Mirador »

Toutefois, il soutient que l’ANAD n’est pas fermée au dialogue mais à condition que : « Nous voulons le dialogue lorsque le cadre va être défini, lorsqu’il y aura un décret, lorsque le ministre va présider ce cadre de dialogue, en présence des représentants des partis politiques, la société civile, les partenaires techniques, un facilitateur de la CEDEAO, même si c’est demain, nous allons répondre », a-t-il conclu.

Sadjo Bah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.