Campagne électorale : que s’est-il passé à Forécariah entre militants de l’UFDG et un groupe de jeunes ?

Print Friendly, PDF & Email

Un meeting de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) qui était prévu mardi 06 octobre dernier à Forécariah, a tourné au vinaigre occasionnant des affrontements entre les militants de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) et un groupe de jeunes de ladite localité.

Interrogé mercredi 07 octobre dernier par votre quotidien électronique Mediaguinee.com, Oumar Bella Barry, responsable de la commission électorale locale au compte de l’UFDG à Forécariah, a laissé entendre que cette altercation a été provoquée par un groupe de jeunes ‘’recrutés par la famille de Kassory’’ (Premier ministre ndlr) qui est à sa solde’’.

Alors que Fodé Oussou Fofana, directeur de campagne de l’UFDG et vice-président de la même formation politique, était attendu, n’a pas pu prendre part à cette campagne parce qu’« Avant 10h, un groupe de jeunes était venu barrer le pont qui à l’entrée à la ville de Forécariah et un autre à la façade de chez Kassory », a-t-il raconté.

Poursuivant, « Arrivés au niveau de la maison familiale de Kassory, les jeunes (environ 200) nous ont lancé des pierres venant de la famille. Un véhicule du responsable de la jeunesse de l’UFDG caillassé en la personne de Papis Mariol, 2 militants de l’UFDG blessés et des boutiques de nos commerçants vandalisées et un policer de grade de commandant blessé à la tête », mentionne M. Barry.

En effet, explique-t-il, « À la veille de notre campagne, on nous a informés que la famille de Kassory a décidé de s’attaquer à la campagne de l’UFDG, pour se venger de ce qui s’est passé à Labé. Donc aussitôt informés, nous avons alerté la police, la gendarmerie et le parrain de l’UFDG de Forécariah en la personne d’honorable Alain Touré. Dès le lundi, la famille Kassory a commencé à s’attaquer aux boutiques qui sont à l’alentour de leur concession en les intimant de ne pas sortir. Aussitôt informé, on a remonté l’information, rien n’a été fait », déplore-t-il.

Et de poursuivre, « On est parti voir le Maire qui a dit que, c’est légal que nous fassions notre campagne, que nous sommes autorisés. Qu’il n’y a pas d’antécédent, nous prenons toutes les décisions. Et le même jour (lundi 05 octobre ndlr) Alain Touré et moi sommes partis voir le préfet qui a donné des garanties, que ce sont des jours qui sont répartis à chaque formation politique et dans ce cas nul ne peux s’opposer à cela et on a quitté le bureau pour continuer notre tournée dans les villages. »

Ce responsable de l’UFDG déplore l’indifférence des forces de défense et de sécurité.

« Et le jour de la campagne nous avons reçu 2 pickups de la CMIS qui nous a fait croire qu’ils sont là pour sécuriser la marche. Ce que nous condamnons, la famille est venue s’attaquer aux boutiques et la CMIS s’est arrêtée sans dire mot. Et lorsqu’on est venu vers eux, ils nous ont dit qu’ils n’ont pas reçu l’ordre de jouer leur rôle », dira Oumar Bella Barry.

À l’en croire, pour éviter qu’il y ait des actes plus graves, leur meeting qui devait se tenir à la place de l’indépendance qui cohabite avec la famille de Kassory, s’est retrouvé finalement à la maison des jeunes.

Mamadou Yaya Barry

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.