CAN 2022/Récupération, intensité et sueur…, début de stage serein pour le Syli à Kigali

Print Friendly, PDF & Email

A près de dix jours du début de la Coupe d’Afrique des Nations de football, l’équipe nationale de Guinée s’est installée dans la capitale rwandaise pour son stage de préparation, sous bulle sanitaire. Les yeux sont braqués vers Kaba Diawara, il a pris les commandes du Syli qu’il mènera pour la première fois à une compétition majeure.

Alors que l’essentiel des joueurs convoqués par le sélectionneur ont répondu présent au regroupement de Conakry avant de rallier Kigali où se déroulera le programme complet de préparation du Syli, le sélectionneur et sa troupe ont entamé la préparation à la CAN (09 janvier-06 février 2022).

Du travail de footing pour s’habituer à l’altitude a suffit pour piquer dans les organismes des poulains de Kaba Diawara. Sous les regards attentifs des membres de l’encadrement technique, notamment l’adjoint Mandjou Diallo et l’ancien attaquant du Syli Pascal Feindouno, appelé pour apporter son expérience et ses conseils à la ligne d’attaque, c’est un groupe mobilisé et concerné que l’on aperçoit sur les premières images diffusées sur les plateformes digitales de la FGF. Après avoir passé toutes ses classes auprès de ses prédécesseurs sélectionneurs, l’ancien attaquant de l’OGC-Nice s’apprête à faire ses premiers pas d’entraîneur dans un tournois majeur.

Avec à sa disposition un groupe quasi complet dont il lui-même concocté pour défendre le tricolore national, Kaba Diawara a à cœur d’insuffler un nouvel élan dans la construction d’une sélection nationale digne et capable de valablement rivaliser dans les joutes continentales. « Dans un premier temps, nous allons essayer de redorer le blason de la Guinée et de redonner confiance au peuple et à notre équipe, par ce que les derniers résultats n’étaient pas convaincants. Il faut absolument trouver quelque chose pour que les gens soient contents et fiers de l’équipe », a-t-il récemment confié dans un entretien diffusé sur la page facebook de la Féguifoot. Pour atteindre cet objectif, il n’a pas hésité de mettre à l’écart deux cadres de l’effectif du Syli (François kamano et Mady Camara), des choix qu’il était amené à faire pour s’aligner dans une nouvelle approche de gestion de la sélection.

 Retrouvailles à Kigali

Dans le groupe qui a rejoint la capitale du Rwanda, des noms comme celui du défenseur Mickael Dyrestam et du portier Ibrahima Koné qui ont tous participer à la dernière édition de la CAN en Egypte retrouvent le groupe Syli après une longue période d’absence. Également, des joueurs comme Morgan Guilavogui (l’attaquant du Paris FC), Mohamed Bayo (le buteur clermontois), Mamadou Lamarana Diallo (avant-centre grenoblois), Ilaix Moriba Kourouma, Pa Konaté, Saïdou Sow (As Saint-Etienne), Mohamed Ali Camara (Young Boys), Aguibou Camara (Olympiakos), Mamadou Kané, Ousmane Kanté, Morlaye Sylla (le phénomène du Horoya) et des locaux Fodé Camara et Gaoussou Youssouf Siby venus en renfort pour palier aux forfaits de Flo Pogba et d’Antoine Conté découvriront tous pour leur première fois la ferveur d’une CAN senior. Avant donc de rejoindre leur camp de base à Bafoussam où ils joueront dans la poule d’un des favoris au titre finale le Sénégal, le Syli passera deux matchs tests contre les locaux de l’équipe nationale du Rwanda dans une double confrontation programmé désormais pour les 03 et 06 janvier.

Loin donc de la pression médiatique de Conakry et des inconditionnels supporters du Syli, Kaba Diawara a toutes les cartes en main pour relever ce premier grand défi à la tête du Syli National. Il a bien conscience qu’il dispose d’un groupe en quête de repère et d’identité pour regagner le soutien du peuple de Guinée.

Bernard Leno

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.