Célébration de la journée de l’enfant africain à Faranah: la plaidoirie de Lopu Haba du parlement des enfants

Print Friendly, PDF & Email

La région de Faranah, à l’instar des autres régions administratives de la Guinée a célébré ce jeudi 16 juin, la journée de l’enfant africain. Placée sous le thème « Éliminer les pratiques néfastes affectant les enfants : progrès en matière de politiques et de pratiques depuis 2013 » , la célébration de cette journée a connu la mobilisation des autorités locales .

Le parlement des enfants par la voix de Lopou Haba a fait un plaidoyer : « Cette journée constitue pour nous les enfants de l’Afrique, une tribune d’expression sur toutes les problématiques récurrentes de la protection liées à notre existence. Il s’agit notamment des cas de : viol; mariage d’enfants ; excision ; exploitation et négligence pour ne citer que ceux là. Nous lançons un appel aux autorités régionales, préfectorales, communales, judiciaires et sanitaires pour le renforcement du mécanisme de prise en charge des adolescentes jeunes du viol », a-t-elle plaidé.

S’exprimant au nom de son département, le Directeur régional de la promotion féminine de l’enfance et des personnes vulnérables de Faranah, Mamady Mory Nabé souligne que : « Cette journée est dédiée à tous les enfants africains à cause des enfants qui ont perdu la vie à Soweto, en Afrique du Sud. C’est pour exprimer leurs compassions au peuple sud africain que les États africains ont décidé de célébrer la journée de chaque 16 juin, comme journée des enfants africains. Nous invitons les enfants à faire du sérieux dans les activités qu’ils entreprennent car ils sont l’avenir. S’ils ont un problème, ils peuvent se rendre au gouvernorat, à la préfecture ou à la commune, ils auront quelqu’un qui leur aidera à trouver solutions à leurs problèmes »
Au nom des autorités de la place, le gouverneur de la région administrative de Faranah, Boundouka condé a soutenu : « Le mois que nous célébrons aujourd’hui est aussi une occasion opportune de faire un état des lieux de la situation de l’enfant et formuler des plaidoiries générales à l’attention non seulement des structures compétentes de l’Etat tel que le ministère des affaires sociales mais aussi les institutions internationales sans oublier les organisations non gouvernementales. C’est le lieu de remercier particulièrement l’UNICEF, Tostan Guinée, Plan international Guinée et d’autres pour le travail accompli ».

Lanciné Keita, correspondant à Faranah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.