Célébration du 3 mai : « cette journée nous permet de nous remettre en cause… » (Mme Sylla Mame Fatoumata, DGA Horoya)

Print Friendly, PDF & Email

La célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai) a démarré ce mercredi 4 mai 2022 et s’étendra jusqu’au 6 mai prochain. C’est le Chapiteau du palais du peuple de Conakry qui a servi de cadre à la cérémonie d’ouverture présidée par le Premier ministre, Mohamed Béavogui.

A cette occasion, la Directrice générale adjointe du quotidien national Horoya, Mme Sylla Mame Fatoumata Diallobien voulu nous livrer ses impressions. Lisez !

Horoya : Quel regard portez-vous sur cette journée ? 

Mme Sylla Mame Fatoumata Diallo : « Aujourd’hui est une journée très importante pour les professionnels de médias parce que au-delà de célébrer que nos acquis, cette journée nous permet de nous remettre en cause dans notre manière de travailler pour mieux faire afin que les citoyens aient accès à la vraie information. Donc, cette journée est importante c’est à cause de cela quelle a été  consacrée journée mondiale de la liberté de la presse  pour  qu’ensemble partout dans le monde qu’ on puisse réfléchir sur les voies et moyens qu’il faut pour faire avancer cette presse qui est indispensable pour la liberté de tout un chacun.

Quelle analyse portez-vous sur la presse guinéenne dans l’ensemble ?

Dans l’ensemble, je dirai que la presse guinéenne se porte bien mais sauf la presse écrite qui a pris du recule de nos jour. Mais cela est dû à  l’évolution du temps. La presse écrite n’est pas  comme avant. Depuis l’arrivée du numérique, nous essayons d’y faire face. Par exemple au niveau de Horoya, nous avons un site web ou on essaye d’informer à temps réel dans toutes nos rubriques.

« Le journalisme sous l’emprise du numérique ». Que vous inspire ce thème ? 

Aujourd’hui, nous sommes tous pris d’assaut par cet outil qu’est indispensable. Avant par exemple, on avait nos dictaphones, ordinateurs et appareils photos. Aujourd’hui, avec le simple téléphone, on peut aller recueillir l’information et saisir là-dessus et diffuser puis lire avec le même appareil.  Quoique tu fasses si tu veux être vu aujourd’hui, il faut passer par les réseaux sociaux. J’invite tous les journalistes à s’adapter parce qu’il est indispensable, on a le tout réuni dans un téléphone. Donc, on ne peut pas se défaire de ce outil mais plutôt il faut savoir l’utiliser pour donner la bonne information et faire un travail d’objectif. Alors, j’exhorte tout le monde à privilégier le digital.

Quel est votre message pour les jeunes qui viennent de se lancer dans ce métier ?

Aux jeunes d’accepter de se former et surtout de privilégier  la formation. Parce qu’une virgule mal placée peu amener la guerre. Donc il faut beaucoup lire et savoir écouter les autres médias car, il faut mériter la technique de l’écriture. En un mot apprendre avant de s’y mettre.

Horoya

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.