Connect with us

Divers

Cellou Dalein à ses militants : ‘’qu’on soit dans les prisons ou dans les cimetières, restez mobilisés…’’

Published

on

VIDÉO. A quelques heures de la manifestation du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) contre le changement de constitution, Cellou Dalein Diallo a livré un discours au ton martial samedi au siège d son parti à La Minière.

L’ancien Premier ministre qui accuse Alpha Condé de vouloir assassiner la démocratie en Guinée a appelé ses partisans à la résistance à partir de lundi, 14 octobre. « Si vous entendez qu’on est en prison ou que Alpha Condé nous a fait assassiner, ne vous préoccupez pas, continuer la lutte pour le triomphe de la justice, de la vérité et de la démocratie », lâche-t-il.

« Je vais commencer par vous annoncer l’arrestation de monsieur Abdouramane Sanoh [coordinateur national du FNDC] et certains de ses collègues. Il ne faut pas vous émouvoir. Rien, absolument rien, ne va nous arrêter dans notre combat pour barrer la route à l’assassinant programmé de notre jeune démocratie. Il semble que pour monsieur Sidya Touré et Cellou Dalein, ce n’est pas la prison qui nous est réservée, c’est la mort, mais ne vous inquiétez pas, le peuple a pris la décision de se battre pour libérer son pays de l’injustice, de l’arbitraire de la haine et de la violence, on doit donc être munis d’une volonté et d’un esprit de sacrifice qui ne peut pas changer. Nous allons mener le combat pour libérer la Guinée de la division, de la haine de la dictature pour réconcilier les fils de ce pays et relever les défis du sous-développement. Monsieur Alpha Condé a mis le pays à terre. Le pays, c’est d’abord son unité, c’est ensuite la démocratie, c’est ensuite l’État de droit. Nous avons à faire à un État voyou qui est la négation du droit. Refuser d’installer les conseils de quartier et les conseils de région, c’est une négation du droit. Monsieur Alpha Condé a décidé de ne pas appliquer la loi et maintenant il l’assume avec arrogance. Aujourd’hui, le pouvoir, l’État voyou qui dirige les destinées de notre pays, c’est la violation de la loi. Qu’on soit dans les prisons ou dans les cimetières, restez mobilisés pour que notre pays puisse jouir de la liberté, d’une démocratie apaisée et que le peuple de Guinée soit réconciliée et pour que nous puissions sortir de la misère et de la pauvreté. Nous exigeons la libération immédiate de monsieur Sanoh et nous, si vous entendez qu’on est en prison ou que Alpha Condé nous a fait assassiner, ne vous préoccupez pas, continuer la lutte pour le triomphe de la justice, de la vérité et de la démocratie », déclare le leader à ses partisans.

Thierno Sadou Diallo, depuis le siège de l’UFDG

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités