Cellou Dalein Diallo interdit de voyager : « moi, je ne peux que dénoncer… »

Quelques heures après avoir été interdit de voyager sans notification et ‘’éjecté’’ de l’avion qui s’apprêtait à s’envoler, c’est un Cellou Dalein Diallo très meurtri qui s’est exprimé au bout du fil, ce mercredi 17 mars 2021, lors d’une interview téléphonique qu’il a accordée à Espace Fm dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules »  de la radio Espace fm.

Pour commencer, le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (l’UFDG), Cellou Dalein Diallo, a tout d’abord déploré le fait que ses bureaux soient confisqués. « Je n’ai pas le droit de voyager, on a asphyxié plus de 50 de mes militants, personne ne parle de justice pour eux. Moi, je ne peux que dénoncer. S’il y a quelque chose à faire, c’est du côté du tyran, qui est responsable de tout ce qui arrive comme ça, qui viole la constitution et les lois de la République, qui viole les droits et les libertés des citoyens d’un parti politique (UFDG, ndlr). Aujourd’hui, je ne peux pas voyager et j’ai plus de 400 prisonniers dans les geôles d’Alpha Condé. », déplore le président de l’UFDG.

Pour finir, le vice-président de l’Internationale Libérale appelle ses militants à persévérer  dans leur combat. « Je ne peux que les encourager. Je sais que qu’ils subissent partout les abus de ce pouvoir. Mais je sais que ça va passer, on ne peut pas continuer à vivre comme ça au 21ème siècle dans ce pays. Nous sommes là, les défenseurs de la démocratie, les défenseurs de l’Etat de droit, on va continuer à persévérer, ça va être dur mais ça va finir. » 

Il faut rappeler que Cellou Dalein Diallo devait s’envoler pour Abidjan, la capitale Ivoirienne, pour transmettre le message de condoléances de l’Internationale Libérale dont il est le vice-président, suite à la mort d’Hamed Bakayoko, Premier ministre de Côte d’Ivoire décédé d’un cancer le 10 mars en Allemagne.

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.