Cellou Dalein : “le RPG sans l’administration ne peut pas s’arrêter devant nous”

Print Friendly, PDF & Email

Le chef de file de l’opposition reste convaincu de sa capacité à battre le RPG arc-en-ciel dans une élection. Pour Cellou Dalein Diallo qui s’exprimait ce samedi lors de la rencontre hebdomadaire de ses militants à Conakry, le parti au pouvoir sans l’administration, ne peut rien contre sa formation politique.

“On n’a pas vocation à boycotter des élections, on a vocation à participer lorsqu’il s’agit de véritables élections, parce qu’on a peur d’aucun de parti. L’UFDG reste une grande force politique dans ce pays, sinon la plus grande. Le RPG sans l’administration, ne peut pas s’arrêter devant nous. Nous voulons participer aux élections législatives, parce que le peuple de Guinée est prêt à nous renouveler sa confiance exprimée lors des élections locales. Mais il faut que la compétition soit juste, il faut que les candidats et les partis qui y vont aient les mêmes chances de gagner. Donc battons-nous pour que les conditions d’un scrutin juste et équitable soient réunies. Il ne s’agit pas d’attendre le jour du scrutin, comme on a tendance à le dire, pour empêcher, il s’agit de se lever, de se mobiliser et exiger que le fichier soit assaini, que les conseils régionaux et de quartiers soient installés, qu’on mette à la tête de la CENI, un homme digne et responsable, compétent, neutre et impartial”, a lancé le président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), avant d’accuser le président Alpha Condé d’être celui qui s’oppose à  culture de la paix en Guinée.

“On a tout fait pour qu’il ait la paix, mais avec Alpha Condé, on ne pas avoir de paix. On a accepté l’inacceptable pur qu’il ait la paix dans ce pays, il a refusé. Il est haineux. Écoutez-le, il a dit que tout ce qui s’est passé sous Conté, c’est Cellou ou Sidya, les anciens premiers ministres, c’est des bandits, je ne laisserai pas le pays avec eux. C’est lui qui décide ou le peuple ? C’est parce qu’il ne veut pas aliéner l’électorat de la Basse-Côte en attaquant le président Conté. De toutes les façons, le président Conté, c’est un homme d’État qui gérait le pays dans la paix, pour la prospérité de tous les guinéens et sans discrimination. Il pense que demain, tout ce qui s’est passé, les tueries sur l’axe, on dira que c’est Said Fofana, Mamady Youla, mais ça sera lui qui prétend être élu. Tous les pouvoirs sont entre ses mains et s’il n’y a pas d’enquêtes sur les tueries, c’est parce que c’est lui”, a ajouté le chef de file de l’opposition guinéenne.

Thierno Sadou Diallo

+224 626 65 65 39

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.