Connect with us

Politique

Cellou Dalein répond à Bouréma Condé : ‘’qui a brimé les citoyens en refusant d’appliquer la loi ?’’

Published

on

VIDÉO- Au sortir d’une réunion de l’opposition républicaine qui s’est tenue ce mercredi au domicile privé de Mamadou Sylla à Dixinn Bora, Cellou Dalein Diallo s’est prêté aux questions des journalistes. Le chef de l’opposition guinéenne qui a d’abord salué le retour de Mamadou Sylla de l’Union démocratique de Guinée (UDG) parmi les siens, a déclaré que la réunion portait sur la stratégie du combat à mener pour la réussite de la manifestation du 14 octobre prochain contre une nouvelle Constitution en Guinée.

Répondant à Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation qui a promis que l’Etat fera face aux fauteurs de troubles, Cellou Dalein a posé une litanie de questions : « ils veulent dire que c’est l’opposition et le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) qui sont responsables, mais qui a refusé de mettre en place les chefs de quartiers et conseils régionaux alors que la loi le prescrit de manière claire et limpide ? Qui a refusé de mettre en place la Haute cour de justice ? Qui a refusé à ce que la CENI élabore un chronogramme réaliste et respectueux des délais opérationnels ? Qui a brimé les citoyens en refusant d’appliquer la loi ? ». Balayant l’argument avancé par les promoteurs d’une nouvelle constitution : « Ils ont décidé de violer la constitution en s’octroyant un 3ème mandat en adoptant une nouvelle constitution. Quel est le motif pertinent qu’ils vous donnent ? Qu’est-ce qu’on reproche à la constitution ? Il n’y a rien sauf qu’elle ne permet pas un troisième mandat. La parade qu’ils ont trouvée : même si on maintient l’ancienne constitution, dès lors qu’elle sera adoptée on sera dans une nouvelle République, les compteurs seront à zéro et on ne sera plus liés aux deux mandats exercés par Alpha Condé ».

Plus loin, le principal opposant au régime d’Alpha Condé s’est occupé également de ceux qui accusent le FNDC de vouloir saboter la rentrée scolaire en appelant à marcher lundi prochain.

« Qui viole la loi et le droit des citoyens ? La paix ne s’obtient pas par l’exhortation, on l’obtient par le respect de la loi, du droit des autres et de la justice, c’est eux qui sont à l’origine de la crise dans laquelle on va rentrer nécessairement, ils ne peuvent pas continuer à violer le droit des autres, des partis politiques, des organisations de la société civile et des journalistes et dire que c’est lorsqu’on proteste contre la violation de ces droits pour dire qu’on viole la loi et qu’on perturbe l’ordre public », lance-t-il. Et d’enfoncer le clou : « vous savez dans les dictatures, lorsque tu manifestes et exerces un droit républicain qui les gêne, ils disent c’est l’ordre public. C’est au nom de l’ordre public qu’il y a eu le massacre au stade du 28 septembre [2009]. Lorsque vous les [les autorités] écoutez, c’est le même discours qui se tenait à la veille des événements du 28 septembre 2009 ».

Elisa CAMARA

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook