Cellou Dalein répond au FNDC qui l’a ‘’exclu’’: ‘’c’est une décision du parti à laquelle je me suis incliné’’

Print Friendly, PDF & Email

Présent à Dakar, Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée) choisi le site d’informations sénégalais Seneweb pour parler de l’exclusion de son parti du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC). Vendredi, le principal opposant au régime d’Alpha Condé a confié aux confrères sénégalais que sa candidature à la présidentielle du 18 octobre prochain est « une décision du parti à laquelle bien entendu je me suis incliné’’.  Réaction….

“Certains ont estimé que l’UFDG ne devrait pas participer à cette élection. C’était notre impression, c’était celle-là par la suite. C’est un parti qui a décidé à l’interne. A l’intérieur de ce parti, il y a une démocratie ; l’écrasante majorité des structures du parti et des cadres ont estimé qu’on doit participer à cette élection. Pourquoi ? D’abord parce qu’aujourd’hui M. Alpha Condé est très décrié. Il n’a jamais autant été décrié, aujourd’hui et les Guinéens veulent le sanctionner d’abord pour le troisième mandat mais également pour la mauvaise gouvernance et il n’y a pas eu de résultats. Si vous voyagez la Guinée, vous allez découvrir dans quel état se retrouvent les réseaux routiers aujourd’hui, nos hôpitaux et nos écoles, tout est consacré et investi dans le 3ème mandat. 

Si vous gérez une caisse publique vous n’avez pas de compte à rendre. Donc aujourd’hui, les Guinéens ne veulent pas de M. Alpha Condé à raison de la gouvernance catastrophique mais également du troisième mandat parce qu’il a trahi son serment et il a violé la constitution. Ce qu’il considérait comme fief, la Haute Guinée, la contestation ne s’affaiblit pas. Depuis 2 ou 3 mois, les gens sont dans la rue pour exiger le départ d’Alpha Condé. Aujourd’hui, on a décidé de porter ce combat que nous menons dans les lieux et sur les places publiques. Dans les urnes, le parti de l’UFDG a décidé de ne pas renoncer au combat par les manifestations pacifiques mais également de les porter dans le processus électoral. C’est une décision du parti à laquelle bien entendu je me suis incliné. 

Décryptage : Yaya Dramé, de retour de Chypre

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.