Cellou Dalein à propos du prix du carburant : ‘’sur les 9000, il y a 4500 gnf qui sont des impôts perçus par l’État”

Print Friendly, PDF & Email

Après l’effondrement des cours du pétrole sur le marché international, le gouvernement guinéen a baissé de 1000gnf le prix du carburant à la pompe.

Malgré cette baisse, le président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) assure que l’Etat perçoit 4500 francs guinéens en impôt sur chaque litre vendu.

« Je me demande pourquoi le gouvernement maintient à 9000 le prix du carburant. Le gouvernement a pris la décision de demander aux chauffeurs de faire la distanciation sociale et de ne prendre que trois personnes, or si le taximan doit entrer dans ses comptes le soir, il lui faut augmenter les prix. Aujourd’hui, sur les 9000, il y a 4500 qui sont des impôts perçus par l’État. On aurait pu prendre la moitié et vendre le carburant à 6500, c’est un facteur qui aurait pu soulager tout le monde, d’abord dans le prix des denrées, dans le transport, dans la mobilité des citoyens. Donc je ne sais pas pourquoi, malgré le principe de la flexibilité des prix, l’État refuse systématiquement d’ajuster le prix du carburant » s’est interrogé Cellou Dalein Diallo tout en soutenant que la baisse du prix du carburant à la pompe est un facteur qui peut soulager tout le monde.

« Nous sommes dans une situation de crise, nous cherchons à atténuer l’impact de la crise sur les citoyens, alors, vous savez bien que si les fonds entrent dans les caisses de l’État, il y a des coulages qui existent là-bas. Il y a des risques que beaucoup de fonctionnaires s’enrichissent au passage, alors que lorsqu’on diminue le prix du carburant, chacun tire directement bénéfice de cette réduction », a-t-il indiqué.

Thierno Sadou Diallo 

+224 662 76 75 74

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.