CENI : la commissaire Hadja Ramatoulaye Bah conteste une décision de son président, Me Salifou Kébé

Print Friendly, PDF & Email

Hadja Ramatoulaye Bah, commissaire à la commission électorale nationale indépendante (CENI) a animée ce lundi 23 octobre, un point de presse à son domicile privé sis au quartier Kaporo, dans la commune de Ratoma. Au cours de cette rencontre avec la presse, elle a rendue publique une déclaration dans laquelle elle a sérieusement contesté  la décision de son président,  Me Salifou Kébé qui, selon elle, a annulé son voyager sur Pita pour accomplir une mission au compte de leur institution.

D’entrée, elle regret que ‘’malgré les efforts en cours pour instaurer un état de droit respectueux des principes fondamentaux de notre constitution et des lois qui régissent nos institution républicaines, il y a des toujours des réticences de la part de certaines entités à se conformer aux textes.’’

Poursuivant, elle expliqué qu’à l’instar de ses collègues commissaires, consensuellement elle a été  affectée comme superviseur sur l’axe Dalala-Pita en septembre 2015. Selon elle, pour pita, c’était uniquement pour l’installation  des nouveaux démembrements de la CENI. Tandis que  pour Dalaba, c’est pour toutes les activités de la CENI. ‘’Je rappelle que j’étais également la marraine de Dalaba en tant que ministre, donc j’ai eu à connaitre mieux la localité.’’

Selon elle, elle a effectué des visites de terrain  avec différents objectifs et  en mars 2016, malgré d’énormes difficultés causées par l’UFDG,  ils ont  procédé à l’installation au niveau de tous les démembrements de Dalaba. A cet effet, précise-t-elle, ‘’je me préparais donc à aller à Dalaba pour superviser  les opérations de remobilisation et à Pita pour installer les démembrements toujours sur une base consensuelle.’’

Une semaine avant leur mission de terrain dit-elle,  ‘’le président de la CENI nous lit une lettre signée par le maire de la délégation spéciale de Pita demandant que les démembrements soient installés, mais qu’Hadja Ramatoulaye ne fasse pas partie de la mission de pita.

Selon elle, pour trouver solution sur demande de la pentière, une commission est mise en place pour examiner la requête du maire et en même temps représentant de l’UFDG. Leur commission décide qu’elle soit accompagnée d’un autre commissaire. ‘’Je me prépare donc pour voyager dans les deux localités le vendredi et voilà le jeudi, avec l’ordre de mission pour pita et Dalaba en main, le président de la CENI dit que je ne dois pas aller à Pita ni Dalaba. Sa raison, c’est qu’il veut continuer à apaiser le climat politique, surtout qu’à présent la CENI a bonne presse. Mais qu’aussi, c’est pour ma propre sécurité car lui et d’autres ont reçu entre mercredi et jeudi matin, des menaces sur mon intégrité physique. A part la menace, un commissaire a dit ouvertement qu’en fait, il faut ménager l’UFDG le plus grand parti de l’opposition. C’est la raison principale de m’enlever sur axe du Fouta. Plusieurs commissaires sont prêts à témoigner par rapport à cette vraie raison… »

Plus loin, elle a clamé haut et fort : ‘’Oui, en vertu du règlement intérieur, le président de la CENI désigne les axes des commissaires et peut procéder a des changements à leurs demandes. Ceci est fait périodiquement et de façon  consensuelle. C’est la première fois qu’un tel acte est pris sans consulter l’intéressée. Actuellement aussi choisis sur la base de la familiarité du commissaire, afin d’augmenter son efficacité.  Je n’accepte pas la raison donnée par le président. Car, cette raison me prive de mon indépendance parce que la majorité des commissaires sont sur les axes de leurs propres choix. Ces axes sont en tant que commissaire d’exercer mes responsabilités de commissaire et aussi empêcher de respecter le principe à valeur constitutionnelle d’égalité entre les partis…’’

‘’J’ai été moulée dans la rectitude et la justice. je ne négocierai pas mes principes qui m’ont permis jusqu’à présent de m’épanouir et d’être crédible aux hauts postes de responsabilité que j’ai tenus au niveau international…’’

Par Youssouf Keita

 

  1. Denise 3 ans il y a
    Repondre

    C’ Pas parce que t’es ex ministre que tu connais forcément mieux le terrain que d’autres. D’ail Il n’y a pas d’integri Si tu ne respectes les décisions de ton président et il t’en pas dans des missions de complessances

  2. Denise 3 ans il y a
    Repondre

    C’est Pas parce que t’es ex ministre que tu connais forcément mieux le terrain que d’autres. D’ailleurs il n’y a pas d’intégrité si tu ne respectes les décisions de ton président et il t’envoie pas dans des missions de complessances. Une mission est une mission et non un voyage chez soi

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.