Connect with us

Politique

Cheick Tidiane Traoré: A la rédaction de mediaguinee.com

Published

on

Je suis infiniment heureux de constater que l’appel à la trêve politique lancé par MPR suscite beaucoup d’intérêt et le parti s’en félicite. 

Cependant, le débat auquel l’élite est invitée par le MPR, nous le voulons citoyen et civilisé, débarrassé de tous propos irrévérencieux et allant au-delà des questions de personne. 

Aussi, je souhaiterai que ceux qui acceptent d’enrichir le débat signent de leur nom de baptême et donnent soit une photo soit un signe distinctif qui les identifie car, c’est difficile de savoir c’est qui Gill B., surtout que ce patronyme n’est pas familier en Guinée. 

Gill B., comme c’est ce nom qui a signé ; c’est justement pour élever le niveau du débat politique en l’extrayant des mains malhabiles et médiocres que le MPR le lance pour que de façon responsable, nous puissions poser les problèmes auxquels notre pays est confronté sans tabou et sans passion. 

Mon cher Gill B., je partage votre constat et l’état des lieux que vous dressez si brillamment ; les réformes dont vous faites allusion se conçoivent et se mettent en œuvre par des acteurs politiques qui, en général exercent des mandats bien que mal élus et provenant d’un petit cercle de partis se répartissant les allées du pouvoir et de l’opposition tout en prenant le pays en otage. 

Pour réussir lesdites réformes, il faut l’implication de l’élite juvénile en particulier à tous les niveaux du processus démocratique du district à la présidence de la république en passant par le quartier, la commune et l’assemblée nationale. 
La trêve politique auquel le MPR appelle vise justement à nous sortir de l’obscurantisme et à déjouer le piège dans lequel se trouve enfermé le peuple courageux de Guinée. 

Ladite trêve concerne les échéances politiques à venir de nos jours à 2020. 

Les dernières élections communales et communautaires se sont tenues en l’an 2.000. Depuis cette époque, il n’y a pas eu d’élections ; à chaque fois, nous nous sommes efforcés à nous adapter au contexte du moment. Cela a conduit à l’installation de plusieurs générations de délégations spéciales.

 Au même moment, les élus qu’étaient les conseils de quartiers et districts sont devenus des administrateurs territoriaux nommés par l’Etat ; interrompant la chaine de décentralisation ; par ces faits, les communes et CRD qui étaient censés être des gouvernements locaux qui en principes se reposent sur les conseils de quartiers et de districts élus pour mettre en œuvre leur plan de développement local. 

C’est cela l’obscurantisme pour la résolution duquel entre autres de manière définitive, le MPR lance un appel à la trêve politique pour qu’ensemble, nous puissions établir avec exactitude, ce à quoi nous sommes tous confrontés en vue d’y apporter les solutions inclusives et durables. 

Comment pouvons-nous aller aux communales à un moment où les CRD ont été érigées en commune rurale sans outil de mise en œuvre en matière électorale pendant que les conseils de quartier et de districts continuent à être nommés ? 

Pourquoi aller à des élections communales illégales en 2016 ou 2017 ; aux législatives en 2018 et aux présidentielles en 2010 ? Avez-vous évalué le coût social, humain et financier du moment que dans les communes et à l’assemblée nationale, les principales formations politiques y sont représentées ? Les élections organisées dans le contexte actuel n’apporteront qu’un changement d’hommes mais pas de système, ce sont les mêmes partis qui y siégeront. 

Avez-vous pensé au risque d’avoir une assemblée réélue en 2018 avec une majorité qui reviendra naturellement au RPG qui sera contraint post élections présidentielles de 2020 de cohabiter avec un exécutif d’un autre parti ? 

Très cher Gill B., c’est justement pour rééduquer le Guinéen comme vous le soulevez dans votre écrit et surtout pour stopper les dérapages liés au multipartisme intégral qui fait que pour une population d’environ 11 millions d’habitants, notre pays compte plus de 130 partis politiques composés de moins d’une dizaine qui ont une assise nationale et qui sont des sociétés anonymes unipersonnelles appartenant aux premiers leaders. Rodent autour d’eux, de micro formations politiques dont le MPR qui se résument à très peu de choses. 

Si le schéma proposé par le MPR est mûri et mis en œuvre, la Guinée ne comptera que 3 formations politiques au point d’achèvement du processus. Cela mettra définitivement fin au repli identitaire qui est actuellement le plus fructueux fonds de commerce de la classe politique. 

Aussi longtemps que l’élite nationale ne s’impliquera pas comme acteur politique majeur à tous les niveaux, contrairement à ma personne, c’est le peuple qui continuera à  tolérer les adhésions ethniques et les prétendues « Coordinations nationales », à rester aveugle et sourd quand il s’agit de regarder la vérité en face. 

Si on ne dépasse pas les questions de personne dans les débats, ensemble, nous allons continuer à subir les juges véreux et serons tous des lâches et nous devons avoir le courage de l’assumer tous à date. 

Comment voulez-vous qu’on se révolte contre l’injustice et le détournement de deniers publics quand on continue à se mentir en organisant des semblants d’élections pour faire du neuf en recyclant le vieux ? 

Je vous invite à la relecture de l’appel du MPR et vous y trouverez une source d’inspiration que vous amenderez pour répondre à vos questions. 

L’appel du MPR est loin d’un raccourci, mais il est un exercice de créativité qui peut être très intéressant à mener de manière participative et itérative. 

Très cher Gill B., si vous faites une consultation aujourd’hui dans les communautés à la base, vous ne trouvez nulle part où l’organisation d’élections est classée parmi les 5 priorités du peuple de Guinée. 

Si nous menons cet exercice avec rigueur, qu’on exécute les actions à mener avec courage et obligation de résultats avec des hommes et des d’honneur qui font appel aux codes séculaires de notre société dans son unité et sa diversité culturelle, nous aboutirons à de vraies solutions durables, vérifiables et évaluables. 

Très cher Gill B., le MPR définit la politique comme l’art de gérer le réel et non celui de tromper. Merci d’avoir ouvert le débat. 

Le Président du MPR

Honorable Cheick Tidiane TRAORE

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

0 Comments

  1. Sylla

    6 juillet 2016 at 2 h 27 min

    Voilà.
    C’est tout ce que cet ancien militant du pup cherchait:que quelqu’un reponde à son chiffon pour lancer la course aux bavardages insipides.
    Merde.

Laisser un commentaire

Publicités