Circulation routière à Labé : désormais, toute occupation anarchique est passible d’une amende jusqu’à 100 mille fg 

Print Friendly, PDF & Email

Suite à une altercation qui a opposé un agent de la garde communale à un groupe de conducteurs de taxis-motos le vendredi 17 avril 2020, causant plusieurs incidents, le maire de la commune urbaine de Labé prend des mesures qui fâche plus d’un. Désormais toutes les gares de stationnement implantées au tour du marché central sont fermées.

Parlant de ces gares concernées, Mamadou Aliou Laly Diallo affirme : « Il n’y a plus de gares à l’alentour du marché central. Les étalagistes vont rentrer dans le marché et quitter les artères. Du pont de Sassè en passant par le labo, le carrefour Wardé Birédi, au niveau du transfo, la ligne des devises tout sera dégagé. Les taxi-motards peuvent embarquer ou faire descendre des passagers mais il est interdit de stationner. Ceux qui stationnent toute la journée devant leurs magasins sont également concernés par cette mesure. Nous avons déjà mis en place un parking, ils peuvent aller là-bas stationner. Les gros porteurs qui chargent ou déchargent de la marchandise ont les donnera juste le temps de l’opération, mais ils ne vont plus rester là-bas toute la journée » explique-t-il clairement.

Une décision qui n’est pas du goût des conducteurs de taxis-motos, qui ont d’ailleurs manifesté leurs colère ce mardi 21 avril 2020, devant les locaux de leur Syndicat.

« Nous, on est contre cette mesure, elle va nous faire perdre de la clientèle. On est venu dire au Syndicat de choisir entre la commune et nous les taxi-motards. S’ils choisissent la commune, nous allons rendre les gilets. Au cas où nous choisir et nous rétablir dans nos droits » demande avec fermeté Mamadou Doumbouya.

Interpellé sur ces revendications, Thierno Abdoulaye Sow, l’un des responsables syndicaux a rassuré ses camarades en ces termes.

« Nous sommes là pour vous défendre, nous n’allons pas rester bras croisés pendant qu’on vous fait du tort. Si on viole vos droits, nous allons démissionner. On vous promet que nous allons mener toutes les démarches pour qu’on vous rétablis dans vos droits » a-t-il promis.

Revenant à la charge, Mamadou Aliou Laly Diallo, affirme avoir réquisitionné la police et la gendarmerie et que les récalcitrants seront verbalisés jusqu’à 100 mille gnf.

« Nous allons reprendre à partir de demain le déguerpissement. Nous avons déjà réquisitionné la gendarmerie et la police. Ils vont épauler la garde communale. Ceux qui vont refuser de respecter la décision seront verbalisés. Ils seront sommés de payer. Pour une moto, le propriétaire sera sommé de payer 25 mille gnf, un véhicule à 50 mille, les camions 100 mille gnf. Pendant 6 mois on verbalise, maintenant on va verbaliser les récalcitrants » insiste-t-il.

À noter que malgré les contestations, cette mesure des autorités communales entrera en vigueur à compter de ce mercredi 22 avril 2020.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!