CNT : une plénière sur la présentation du Projet de LFR 2022

Le président du Conseil National de la Transition (CNT), Dr Dansa Kourouma, a présidé hier mercredi 14 septembre 2022 une plénière à l’hémicycle en présence de 74 conseillers nationaux sur les 81 inscrits et des ministres du pool économique du gouvernement et du gouverneur de la banque centrale. L’ordre du jour qui a porté sur la présentation du Projet de la Loi de Finances Rectificative de l’exercice 2022  a pour but de corriger les déséquilibres économiques enregistrés lors de l’exercice budgétaire de l’année.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le Président du CNT qui est revenu sur quelques réformes phares engagées sous le magistère du Président de la Transition, a invité le gouvernement à améliorer le processus d’affectation des recettes non fiscales

« Ces multiples réformes et tant d’autres ont permis à la Guinée de constater une hausse des recettes budgétaires partant de 26 63 milliards en LFI en 26 196,46 milliards en LFR de 2022 et une baisse des dépenses de 30 566 milliards à 30 604 milliards GNF. L’indicateur le plus illustratif de l’impact des réformes engagées par le gouvernement se situe dans la hausse considérable des recettes. À titre d’exemple, dans la Loi de Finances Initiale 2021, les recettes étaient chiffrées à 21 812 milliards alors que le projet de LFR en cours d’examen prévoit une mobilisation des recettes à hauteur de 26 192 milliards, soit une hausse de 17% en dépit de la rareté des financements extérieurs. Toutefois en dépit de ces prouesses, il existe encore de nombreux défis auxquels le gouvernement doit s’attaquer. L’affectation des recettes non-fiscales : il existe plusieurs actes qui affectent une partie des recettes administratives aux services générateurs de ressources. Or la Loi organique relative à la Loi de Finances et ses textes d’application interdit tout mécanisme d’affectation des recettes à l’exception des budgets d’affectation spéciale », souligne-t-il.

Rappelant que le conflit russo-ukrainien est l’une des principales causes de l’augmentation des prix, le ministre du Budget Dr Lanciné Condé déclare que cela a entraîné une baisse des prévisions de l’État.

« Le conflit russo-ukrainien est l’une des principales causes de l’évolution rapide défavorable de notre environnement économique. Il est intervenu pendant que l’économie mondiale se préparait à la sortie de la pandémie du covid-19 et s’est traduit par un ralentissement généralisé du commerce mondial. Engendrant un choc d’inflation et une augmentation forte des prix des produits énergétiques du fret à l’international et des produits alimentaires, associé à la modification des conditions de financement des économies. Le budget de l’État a ainsi été confronté à une baisse des prévisions des recettes douanières, conséquence de la réduction du volume des importations… », a-t-il expliqué.

Quant à Moussa Cissé, ministre de l’Economie, des Finances et du Plan qui a abondé dans le même sens, il a dénoté que « L’enveloppe globale prévisionnelle du projet de Loi de Finances Rectificative 2022 dans son volet dépenses d’investissement public se chiffre à 10.251,26 milliards de francs guinéens contre 10.320,5 milliards de francs guinéens prévus en Loi de Finances Initiale, soit une baisse de 69,25 milliards », dira-t-il. 

Le gouverneur de la banque centrale de la République de Guinée, lui, a indiqué l’amélioration des taux de change et d’inflation. Il a précisé que les réformes vont se poursuivre pour accroître l’appréciation de la monnaie guinéenne. 

À noter que pendant 10 jours, les Conseillers nationaux se réuniront en vue d’examiner en profondeur, la LFR avant son adoption en plénière.

Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.