Cocan2025 : grands bruits autour de six milliards gnf

Print Friendly, PDF & Email

Information Mediaguinee– Chercher une aiguille dans une botte de foin. Et pourtant c’est cette aiguille que recherchent depuis des jours des travailleurs du COCAN2025 (Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations). Il s’agit d’un montant colossal de 6 milliards de francs guinéens (plus de 600 mille dollars américains). Un scandale en appelle un autre ? Au Cocan2025, situé dans l’enceinte de la Cité chemin de fer, ce n’est pas un long fleuve tranquille. Un montant de six milliards de francs guinéens qui serait destiné au fonctionnement de la structure serait sur toutes les lèvres. Depuis donc 12 mois, les travailleurs du COCAN n’ont reçu aucun kopeck.

Selon nos informations, des enquêtes sont en cours pour voir si effectivement six milliards de francs guinéens ont été débloqués pour le fonctionnement du Cocan et à quoi ont-ils servi exactement?

Une source proche du dossier a confié à Mediaguinee que rien n’est encore fixé. Pour le moment, “il ne s’agit pas de détournement, on est en train de vérifier quelque chose”.

“Dire qu’il y a eu perquisition au cocan, ce n’est pas vrai. Tant qu’on n’a pas toutes les preuves, on ne peut pas affirmer qu’il y a eu détournement. Il y a quelque chose en cours qu’on est en train de rechercher, peut-être que c’est en place normale. Nous nous venons d’être informés, donc on est entrain de rechercher sur la ligne pour nous situer par rapport à là où on peut trouver la chose: les 6 milliards. L’argent c’est pour le fonctionnement du COCAN pour l’année 2020. Et il se trouve que les gens ont travaillé depuis le mois de décembre dernier, personne n’a touché un kopeck. Au moins ça a tourné. (…) Il y a des pièces que nous pouvons exhiber le moment venu”, indique notre interlocuteur.

Désignée pour organiser la Can 2025, la Guinée, à quatre ans de la plus prestigieuse compétition sportive africaine est toujours dans les effets d’annonce.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.