Connect with us

Interviews

Communication et influence : l’œil de l’expert !

Published

on

Ousmane BALDE, Co-fondateur AGACOMPI est Consultant en Communication et Stratégie d’influence. Mais aussi expert en observation électorale (UE). Dans une interview qu’il a bien voulue  nous accorder, M. Baldé nous dit comment emmener les Guinéens à accepter unanimement le nouveau gouvernement Kassory Fofana. Plus loin, il donne son avis sur la prolifération des communications, notamment à travers les réseaux sociaux (Facebook en particulier). Lisez ! 

Le Président Alpha Condé vient de nommer un nouveau premier ministre et un nouveau gouvernement qui ne font pas forcément l’unanimité au sein des populations. En tant que communicant quelles sont vos impressions et comment emmener les populations à accepter unanimement le nouveau gouvernement ?

Les populations guinéennes sont partagées entre surprise et espoir. Le président de la république a un pouvoir, que lui confère la loi, de choisir ses collaborateurs. Cependant, par respect pour son peuple qui le lui accorde, le chef de l’Etat doit exercer ce pouvoir avec attention, sérieux et rigueur.

On a bien l’impression que les populations guinéennes, qui espéraient beaucoup de ce remaniement, ne sont pas assez satisfaites du nouveau gouvernement. Déjà, la mobilisation est assez visible pour réclamer plus de femmes et de jeunes dans le gouvernement. Ensuite, l’opinion estime que depuis plusieurs années, ce sont les mêmes copains qui font l’actualité politique et qui gouvernent. Il y’a très peu de changement au niveau des départements et de la politique gouvernementale. Par conséquent, les mêmes pratiques sont toujours reconduites et le résultat est toujours resté le même. Les gouvernements qui se sont succédé n’ont pas réussi à instaurer la confiance avec sa population.

Mon impression est aussi celle d’un échec stratégique. On dirait bien que M. Alpha Condé a raté totalement sa stratégie en regardant l’avenir avec une tactique désuète qui sera sans nul doute inefficace pour quelques raisons : d’abord, la mise en avant des communautés risque de ne pas vraiment fonctionner parce que les mouvements de jeunes ont tendance à s’approprier de plus en plus le terrain politique ; ensuite, au sein même des communautés on commence à comprendre toute la duplicité enfouie derrière cette stratégie ; et enfin, parce qu’au sein des ethnies et des principaux partis la division est telle que le consensus sera extrêmement difficile à obtenir.

A plusieurs reprises, le Président a eu des occasions de regagner la confiance de son peuple. Mais toutes les fois, il s’est planté dans sa stratégie. Malheureusement, ces échecs stratégiques ont réussi à encrer au sein de l’opinion publique une mauvaise image du gouvernement et des politiques. Il va falloir retravailler le système communicationnel pour restaurer la confiance entre les gouvernants et les gouvernés. 

Pourtant on observe ces derniers depuis quelques temps une mobilisation accrue de ‘’communicants’’ qui envahissent les réseaux sociaux, particulièrement Facebook. La communication est intense ?

C’est l’une des erreurs des partis politiques et du gouvernement. La communication autour des actions gouvernementales ne peut être confiée à des gens qui ne connaissent pas le domaine et qui n’ont aucune notion des politiques publiques et des enjeux sociopolitiques. Ce n’est pas le nombre de publication Facebook qui fait la bonne communication. Il y’a tout un travail, de conception stratégique à faire en amont qui explore en profondeur le terrain, le prépare, identifie et étudie le comportement de la cible, des objectifs avant de planifier l’action à mettre en œuvre. C’est du boulot de professionnel. Dans la communication, il y a ‘’des stratégies gagnantes’’ et ‘’des stratégies perdantes’’. La qualité de vos communicants détermine la qualité de votre image. 

Il n’y a pas que des amateurs au sein des équipes de communication en Guinée. On remarque aussi l’arrivée des cabinets étrangers qui ont une renommée mondiale. Cela devrait améliorer la visibilité des acteurs guinéens ?

Parfait, ‘’c’est la fin qui justifie les moyens’’, mais encore une fois tout est question de la maitrise des enjeux locaux et de la cible. Le problème avec les cabinets étrangers, c’est qu’ils ne connaissent pas les cibles en Afrique. Ils l’apprennent à distance en dehors des réalités. Généralement leur stratégie est basée sur une stratégie qui comporte des préjugés sur la cible. Or, il n’y a pas de bonne stratégie quand vous n’avez pas la maitrise de votre terrain et de votre cible.

Une meilleure communication c’est celle qui, en obtenant une large adhésion à votre projet garantie un minimum de stabilité qui puisse vous permettre de développer votre projet. Dans ce travail, on ne peut pas tout importer. Il faut réinventer en fonction du contexte et de la zone.

La particularité d’AGACOMPI est justement d’avoir la maitrise de l’espace africain hors des préjugés, et d’avoir une expertise mondiale dans le domaine. Nous sommes là où se trouvent nos partenaires. Nous vivons avec la cible. Parce que nous savons que les mêmes méthodes ne produisent pas toujours les mêmes effets partout. Dans le métier de la communication, improviser peut s’avérer fatal. Il y’a toujours une ligne à suivre, Il y a des délais à s’imposer, il y’a des méthodes à respecter et d’autres à réinventer. 

Malgré les activités intenses que vous menez avec le Cabinet AGACOMPI et UBCONSULTANTS vous allez toujours à la rencontre des Guinéens établis à travers le monde, mais on vous entend peu dans les médias. Pourquoi ce choix de vouloir toujours rester dans l’ombre ?

J’entends bien quand les gens me disent que je devrais faire plus d’apparition dans les medias pour faire mon ‘’éclosion’’ dans la politique. Etant communicant (professionnel), je peux comprendre ce que cela représente.  J’ai préféré consacrer les deux dernières décennies à la lutte pour l’émergence d’une jeunesse éclairée et responsable, la priorité a été portée sur le contact physique avec les différents mouvements de jeunes et le travail sur le rapprochement des différentes dynamiques sans campagne médiatique. Ceci est un choix qui s’explique par trois raisons : d’abord parce qu’il fallait connaitre la configuration politique et les différents groupes de l’intérieur et de l’extérieur, aussi parce qu’il fallait d’étudier en amont toutes les problématiques qui interpellent les populations, et enfin, surtout, parce qu’il faut éviter d’avoir les projecteurs sur soi, mais plutôt les avoir sur les idées et sur les autres. Mon rôle est de faire passer des idées et de construire des opinions pour des acteurs qui cherchent à dialoguer avec leur cible. Mon travail est de construire des vedettes et non le contraire.

Amadou Diallo

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Angela Merkel à Auschwitz, un message à l'antisémitisme 6 décembre 2019
    L'ancien camp de concentration d'Auschwitz incarne l'horreur de l'extermination des juifs planifiée et exécutée par le régime nazi. Pour Angela Merkel, chacun devrait se sentir en sécurité en Allemagne et en Europe.
  • Emmanuel Macron et la présence militaire française au sahel 6 décembre 2019
    Au menu : la démographie en Afrique. Egalement, la sortie président français Emmanuel Macron en marge du sommet de l’Otan, invitant les présidents des pays du G5-Sahel à Pau en France, est commentée dans la presse.
  • RDC : l’armée nie être complice des ADF 6 décembre 2019
    Le porte-parole de l'armée congolaise considère l'hypothèse d'une complicité "impossible". Un rapport de mai 2015 des Nations unies évoquait pourtant une " ample collusion » entre les FARDC et les ADF. 
  • Les Nigériens agacés par la convocation d'Emmanuel Macron 6 décembre 2019
    Pour entendre leurs positions sur les appels au départ des forces françaises, Emmanuel Macron a convoqué les dirigeants africains du G5 Sahel en France. Mais les propos du chef de l'Etat français passent mal au Niger.
  • Emmanuel Macron jette une pierre dans le G5 Sahel 6 décembre 2019
    Le président français exige des chefs d'Etats du G5 Sahel, une clarification de leur soutien à la présence militaire française sur leur territoire. 
  • Mauricio Pochettino n'est pas dans le plan du Bayern 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne
  • Bayern Munich: Mauricio Pochettino n'est pas envié par le club 6 décembre 2019
    Le Bayern travaille en coulisse pour choisir un nouvel entraineur sur le long terme. Libre de tout contrat, l'Argentin Mauricio Pochettino n'est pourtant pas dans le viseur du club champion d'Allemagne.
  • RCA : le comité de suivi du processus électoral contesté par l'opposition 6 décembre 2019
    A un an des échéances électorales en Centrafrique, un comité stratégique d’appui au processus électoral a été créé par le gouvernement et cela malgré l’existence de l’Autorité nationale des élections (ANE).
  • Menace de boycott sur la présidentielle en Algérie 5 décembre 2019
    L’élection présidentielle du 12 décembre est peut-être la plus difficile du pays. Les opinions pour et contre sont dans un face-à-face inattendu et seul le taux de participation pourra les départager.
  • Avec la Russie, le baton et la carotte 5 décembre 2019
    Les services secrets russes sont accusés de mener des activités douteuses depuis le territoire de plusieurs pays européens. La presse souhaite alors la fermeté tout en gardant le contact avec Moscou sur certains sujets.
  • Une affaire Skripal façon allemande 5 décembre 2019
    Deux employés de l'ambassade russe à Berlin déclarées personae non grata pour ne pas assez coopérer dans une enquête sur un meurtre commis en Allemagne, qui pourrait avoir été commandité en haut lieu.
  • Nouvelle arrestation d'un militant des droits de l'Homme au Tchad 5 décembre 2019
    D'abord interpellé pour diffamation, Mahamat Nour Ahmat Ibedou est désormais accusé de meurtre et tentative de meurtre. A N'Djamena, comme dans la diaspora, des voix s'élèvent pour dénoncer cette nouvelle arrestation.
  • "Il n'y a pas de complot extérieur contre l'Afrique" A. Ould Abdallah 5 décembre 2019
    Alors que le sentiment anti-français croît de nouveau au sein des populations dans le Sahel, Ahmedou Ould Abdallah, ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, dénonce son instrumentalisation.
  • La place contestée de la Turquie au sein de l'OTAN 4 décembre 2019
    Malgré l'offensive unilatérale de l'armée turque au nord de la Syrie, Ankara reste un membre solide de l'OTAN.
  • Existe-t-il une complicité entre l'armée congolaise et les rebelles ADF ? 4 décembre 2019
    Le spécialiste des questions de sécurité Boniface Musavuli estime que les ADF actuels, accusés du massacre de centaines de civils, agiraient grâce à la complicité de certaines unités des FARDC.
  • L'OTAN en quête d'objectifs communs 4 décembre 2019
    Malgré la signature d'une déclaration finale, l'heure n'était pas à la fête au sommet des 70 ans de l'OTAN à Londres.
  • Tchad: un ex-Premier ministre incarcéré pour corruption 4 décembre 2019
    L’ancien Premier ministre Kalzeubé Payimi Deubet, secrétaire général de la présidence, est accusé de complicité d’escroquerie, d’abus de fonction et de tentative de détournement des deniers publics. Il a été incarcéré.
  • L'Allemagne attendue sur la crise anglophone au Cameroun 4 décembre 2019
    Le conflit dans les régions anglophones a forcé plus de 700.000 personnes à fuir leur domicile et fait plus de 3.000 morts. Après l'échec du dialogue national, la résolution de la crise pourrait venir de l'extérieur.
  • "La soumission n'est pas un choix pour moi" 4 décembre 2019
    Ce 4 décembre, la fondation Right Livelihood remet son prix 2019, souvent surnommé "prix Nobel alternatif". Cette année, le jury a choisi quatre militants pour être lauréats, parmi lesquels Aminatou Haidar.
  • PL : Manchester City ne lâche rien 4 décembre 2019
    Les Citizens se sont largement imposés à Burnley (1-4) et reviennent à huit points de Liverpool, qui affronte ce soir Everton dans le derby.