Tir sur le véhicule du chef de l’opposition? La police rejette les accusations et demande l’ouverture d’une enquête

Print Friendly, PDF & Email

Conakry, le 23 Octobre 2018 – Dans la matinée du Mardi 23 octobre 2018, sur réquisition et demande de concours de l’autorité civile, les services de sécurité se sont déployés sur le terrain pour exécuter la mesure d’interdiction de la marche, assurer la sécurité et la libre circulation des personnes et des biens.

Malgré la notification d’interdiction de cette marche, l’opposition républicaine a drainé ses militants et sympathisants sur la voie publique.

Ce cortège a été intercepté à hauteur des cases de Belle-vue et sommé de replier comme ce fut le cas dans divers endroits dans la ville de Conakry. Malgré les multiples sommations conformément à la loi sur le maintien d’ordre, les manifestants ont opposé une résistance, aussitôt, des moyens conventionnels ont été utilisés par les agents des forces de sécurité pour les disperser en vue de rétablir l’ordre public.

En tout état de cause, les services de sécurité respectueux de la loi sur le maintien d’ordre, du respect des droits de l’homme, du droit international humanitaire ne sauraient outrepasser ces principes.

Les forces de sécurité condamnent et rejettent les accusations portées à leur endroit par voie de presse suite à la violence causée sur le véhicule du chef de file de l’opposition et demandent l’ouverture d’une enquête à cet effet.

Etant entendu en règle de droit que la preuve de l’accusation incombe à l’accusateur, les services de sécurité demandent impérativement à l’opposition républicaine l’ouverture d’une enquête indépendante de son choix et de faire procéder à l’expertise des faits.

Par ailleurs, des individus auteurs de troubles à l’ordre public ont été interpellés, arrêtés et seront traduits devant les tribunaux de première instance de Conakry.

Les services de sécurité réitèrent leur engagement à faire respecter les lois et règlements en vigueur, à agir conséquemment dans l’intérêt exclusif de la nation.

Le Directeur Régional de la Police de Conakry

Le Contrôleur Général Boubacar Kassé

 

1 Commentaire
  1. MANZO 2 ans il y a
    Repondre

    C’est tout de même étrange qu’une supposée “balle” tirée par une arme à feu arrive par le pare-brise avant d’un véhicule et n’y ait pas d’impacts visibles à l’intérieur du dit véhicule!
    Peut-être que la balle si magique serait volatilisée une fois avoir percé la vitre ùdr. Car, votre haut chef de file est méga-occultement protégé (-:-) (-:-). (-:-).
    Ce pays vit et prospère dans le mensonge.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.