Compétitions universitaires : l’institut de Faranah occupe la tête de son groupe

Print Friendly, PDF & Email

Après de dures épreuves pour se démarquer dans son groupe, l’équipe de l’institut supérieure agronomique et vétérinaire de Faranah gagne le pari devant ses adversaires sportifs de kankan et N’zérékoré.

Elle a livré son dernier match ce mercredi 18 décembre, au stade préfectoral feu Araphan Wanda Oularé  à l’occasion de la troisième journée de la phase préliminaire des jeux universitaires au compte de la 5ème édition soldée par sa victoire face à la formation de N’zérékoré. Un doublé de Moussa Kourouma, un but de Mohamed 93 Camara et Moussa Camara ont fait naître la joie dans les coeurs des milliers d’étudiants de l’ISAV ainsi que les amateurs du cuir rond de la capitale de Sankaran.

Du côté de l’équipe universitaire de N’zérékoré, cheick Sidya Sylla et ousmane Condé sont parvenus à alléger le poids du fardeau qui pesait sur leur équipe en marquant chacun un but. Score final, 4 buts à 2 pour l’Institut de Faranah.

L’équipe universitaire de Faranah s’impose 4-2 et prend les commandes du groupe avec 4 points et un meilleur goal différentiel que N’zerekoré et Kankan. Le meilleur de cette compétition pour la zone de faranah, Moussa Kourouma, étudiant en licence 4 du département Agriculture qui a deux (2) buts à son actif nous a confié :

« Franchement, on a fourni beaucoup d’efforts, on a bien préparé le match contre N’zerekoré pour gagner et on a gagné, je suis vraiment content. Nous souhaitons que notre sortie pour Conakry qu’on aille jusqu’en finale. Cette année, nous voulons avoir la coupe, c’est notre dernière année à Faranah. Donc, nous voulons donner cette coupe à l’ISAV de Faranah », a-t-il sollicité.

Mamadou Aliou Diallo, sélectionneur de l’équipe universitaire de Faranah a soutenu : « On a préparé le match durant les mois. Depuis le début de l’année, on n’est prêt mentalement à aborder cette compétition et pratiquement on n’est prêt dans la tête pour aller loin dans cette compétition, quand on voit que ce travail est récompensé, les mots me manquent vraiment. Je remercie les supporters qui ont répondu présent jusqu’à la dernière minute et surtout mes joueurs qui m’ont rendu encore plus fière, on va continuer l’aventure à Conakry. Moi, c’est mon dernier cycle universitaire cette année. Donc, j’ai promis à beaucoup de personnes, même à mon père de laisser mon empreinte au sein de cette institution et nous sommes en train de le faire. Mais on a encore des étapes à franchir et le travail le plus important reste à venir, celle de préparer les phases finales, je pense que c’est la partie la plus difficile et la plus excitante aussi. »

De son côté, N’faly Soumaoro, sélectionneur de l’université de N’zerekoré a martelé : « Depuis la première sortie de N’zerekoré, les dirigeants sportifs des universités ont dit que si on ne prend pas des dispositions contre N’zerekoré, ils vont partir jusqu’en phase finale. Contre Kankan on a joué le vrai football. Aujourd’hui, on a vu d’abord l’équipe des filles où l’équipe a été menacée sur tous les plans. Moi-même j’ai eu un carton rouge par rapport à ça. Au temps des colons, le football guinéen était basé sur les joueurs universitaires parce que quand tu n’es pas instruit, tu ne peux pas jouer le football. Ils doivent mettre une commission pour faire une sélection dans les différentes universités à travers les jeux universitaires pour mettre en place une équipe nationale pour toutes les catégories. L’arbitre devait être neutre mais on a vu le contraire et c’est ce qui joue beaucoup sur le football guinéen. Bien sûr Faranah, N’zerekoré c’est la Guinée, on a qu’à montrer les talents de chaque région dans les jeux universitaires mais il ne faut pas organiser pour que là où on organise, l’équipe là passe obligatoirement, c’est ce qui est mauvais… »

Lancinet Keita

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.