Conakry : AGUIPE et le gouvernement célèbrent la Journée internationale de stage

Print Friendly, PDF & Email

A l’occasion de la journée internationale de stage, célébrée le 10 novembre de chaque année, la République de Guinée à l’instar des autres pays a célébré pour la 1ère fois cette journée, à travers une initiative de l’agence Guinéenne de la Promotion de l’Emploi (AGUIPE) en collaboration avec les Ministères de l’Emploi et de la jeunesse.
Au cours de la cérémonie de cette journée, parmi les 2700 jeunes formés en stage durant deux mois par l’AGUIPE, 63 ont reçu des satisfécits en présence des ministres du travail Damantang Albert Camara et Moustapha Naité ainsi que des cadres de l’AGUIPE.

aguipe
Selon le Directeur de l’AGUIPE, Sékouba Mara a d’abord rappelé que c’est pour la 1ère fois que la Guinée célèbre la journée internationale de stage ce 10 novembre 2016. « Nous voulons juste magnifier le stage qui est pour nous l’étape qui permet à celui qui sort du système éducatif à avoir une expérience auprès du monde du travail et sur lequel il pourra capitaliser pour faciliter une insertion future sur laquelle il pourra accéder à un emploi. Notre ambition, en célébrant cette journée, c’est aussi interpeller les entreprises à regarder le stage comme un des moyens pour recruter les futurs collaborateurs et certainement le dire si je ne m’abuse pas, à ne pas abuser du stage le code de travail limite le stage ».

14996576_879437278857683_1805816021_n
Ajoutant qu’il faut faire en sorte que les entreprises respectent « ce contenu du code et aussi encourager les entreprises, comme on ne peut pas parler de stage sans parler des entreprises, nous sommes entre ces deux mondes là. Et nous faisons en sorte que les entreprises nous accompagnent et que les entreprises comme beaucoup le font soient vraiment des entreprises citoyennes pour faciliter l’insertion des jeunes. Voilà pourquoi le Ministère du travail à travers l’ensemble des structures qui animent le monde du travail et de l’emploi a voulu fêté cette fois-ci la journée internationale des stagiaires. Comme pour dire qu’il y a des outils et des mécanismes pour faciliter le stage en Guinée. C’est un volet d’avoir le stage et un volet de valoriser le stage. Parmi 2700 jeunes qui ont bénéficié d’une formation de deux mois à cette cérémonie d’aujourd’hui, nous avons conviés 63 jeunes », a expliqué le DG de l’AGUIPE.

15046271_879439892190755_2010349983_n
De son côté, le ministre de la jeunesse et de l’emploi jeunes, Moustapha Naité a félicité les bénéficiaires tout en les invitant à être des modèles. « L’insertion des jeunes au monde de travail pour le 1er pas ,c’est du stage en entreprise. Nous sommes venus non seulement rencontrer les jeunes qui sont bénéficiaires de ces stages en entreprises non seulement les encourager, les valoriser. Mais aussi en même temps interpeller le ministre du travail qui est le ministre Albert Damantang Camara sur l’application des textes de loi que nous avons déjà votés dans le code du travail pour que ces jeunes stagiaires qui ont su montrer leur talent en entreprise pour qu’ils puissent franchir le second pas de stagiaire soit un emploi temporaire ou un emploi confirmé et définitif ».
« Donc, cette journée est une double opportunité pour nous d’encourager les jeunes stagiaires qui sont déjà en situation de travail, en situation d’apprentissage et mais aussi d’interpeller les autorités des entreprises pour donner de l’emploi pérenne à ces jeunes qui sont en situation de stage et qui ont prouvé leur compétence », a souligné Moustapha Naité.
Pour sa part, le ministre de l’enseignement professionnel, technique et du travail, Damantang Albert Camara a fixé les règles de recrutement. « Nous avons participé aux règles sur le mode de recrutement et de traitement des stagiaires dans les codes du travail. Aujourd’hui, il y a une protection. Maintenant, qu’il faut s’appliquer et pour cela il faut sensibiliser les entreprises d’où l’opportunité de cette journée internationale des stagiaires pour mettre à jour les différents problèmes qui se posent dans ce secteur là. Des stagiaires non protégés, des stagiaires sans coach qui les accompagnent pour leur expliquer la nature du travail qu’ils ont à faire. Des stagiaires qui ne présentent pas de rapport et on ne leur demande pas. Des stagiaires qui sont payés ad vitam æternam pendant 6 mois, 1 an, 2 ans, 3ans et plus ».

D’après lui, il faut expliquer et faire comprendre aux gens qu’ils ne sont pas obligés d’accepter cette situation et faire comprendre aux entreprises que : « c’est un échange. Qu’elles ont la possibilité de renouveler des stages avec d’autres personnes, mais à un moment soit ils recrutent la personne soit ils la laissent partir et lui donner la chance de s’épanouir. Donc pour cela, il faut que ce stage soit organisé de manière pérenne ».
Au nom des bénéficiaires, Moussa Fadima Condé, diplômé en administration publique affirme qu’«à chaque fois qu’on partait chercher de stage dans les entreprises ont rencontré quelques difficultés. On te demande d’abord est-ce vous avez fait un stage de travail ou de formation ? On avait des problèmes avec cela parce qu’on n’a pas de relation pour faire de stage. Aujourd’hui à travers l’Aguipe on a eu la chance de postuler dans une entreprise pour faire notre stage et grâce à Dieu le stage s’est bien déroulé et je suis très satisfait du travail de l’AGUIPE ».
Par Elisa Camara
+224 654 95 73 22

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.