Conakry : ça fume encore la chicha au Moov restaurant !!!

Print Friendly, PDF & Email

Le samedi 6 février 2021, au large de la corniche nord de Conakry, à la cité ministérielle de la Camayenne. Le restaurant chic Moov accueille une clientèle très sélecte. La facture d’une table peut grimper jusqu’à 10 millions de francs guinéens une nuit. Il faut être nanti pour s’acheter une bouteille de Coca Cola.

À 22 heures, nous apprenons par un réseau que la Chicha est toujours consommée depuis quelques jours dans ce restaurant « Lounge Bar »

Le Rendez-vous est pris malgré le couvre-feu qui reste aujourd’hui un moyen d’enrichissement pour des agents de sécurité. Au-delà de 00h, la liberté de circuler s’achète à chaque barrage. Nous avons pris le risque d’être ‘’hors-la-loi’’ cette nuit-là en bravant le couvre-feu. Tant pis ! Avec les billets de banque, tout est assuré.

Il est 00h30, au « MOOV » la moitié des tables est planquée de chicha.

« Monsieur, vous avez déjà commencé la consommation de la Chicha ? ». A notre demande, le serveur nous oriente vers le gérant. Pour répondre à la même question, le gérant libanais n’est pas allé par quatre chemins : «  Monsieur, nous avons une autorisation. Une autorisation privée de consommation. C’est la présidence… »

« Pouvons-nous voir cette autorisation ? » Le gérant est catégorique. «  Non ! Nous ne pouvons pas vous montrer ». La soirée continue hélas malgré la Covid-19.

Le 7 janvier 2021, par un arrêté interministériel, le gouvernement a interdit la commercialisation et la consommation de la chicha en Guinée. Une mesure qui a été saluée par l’opinion à cause du danger que représente ce tabac « chicha » pour les jeunes.

Bangaly Steve Toure

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.