Conakry : c’est parti pour la deuxième édition du DIAFIN sur l’inclusion financière

Print Friendly, PDF & Email

Ce mercredi 27 novembre, s’est ouverte à Conakry, la deuxième édition des dialogues de haut niveau sur l’inclusion financière en Guinée et en Afrique, sous le thème ‘’inclusion financière et entreprenariat des femmes et des jeunes”.

Cette rencontre de partage organisée par la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), l’agence BANTOU COMMUNICATION et WAFRICA a été présidée le Premier ministre, Chef du Gouvernement qui, dans son discours a expliqué toute l’importance que son gouvernement accorde à ce thème.

Pour Ibrahima Kassory Fofana, l’inclusion financière est une dimension essentielle d’une croissance forte et durable. « La problématique de l’inclusion financière, est un enjeux économique majeur pour les économies en développement comme celle de la Guinée. A l’ère actuelle, environ deux milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès aux services et instruments financiers de base, la plupart sont pauvres et une grande proportion de ce monde est en Afrique. En Guinée, selon les données disponibles, sur une population adulte estimée à  6 millions d’individus, le nombre de personnes titulaires d’un compte dans une institution financière était d’environ 10% en 2014. Avec la forte pénétration de la téléphonie mobile et le progrès de la monnaie électronique, ce taux est passé à 23,5%, soit un million et demi de personnes en 2017. Malgré cette évolution, il reste encore des marges importantes de progression si nous nous comparons par exemple au pays comme le Rwanda, le Kanya ou le Sénégal à côté, où au moins 42% de de la population détient au moins un compte bancaire. Pour réduire l’extrême pauvreté et l’exclusion sociale qu’elle induit, il est essentiel de mettre en place des politiques publiques spécifiques pour relancer une croissance forte durable et inclusive. L’inclusion financière est une dimension essentielle de cette action. Des études empiriques démontrent l’importance de l’inclusion financière comme vecteur de croissance économique », a dit le Premier ministre.

Pendant trois jours, les acteurs l’inclusion financière en Guinée et plusieurs autres venus de l’étranger vont discuter pour la construction d’un environnement économique plus inclusif pour trouver des solutions aux difficultés du secteur financier et oeuvrer à son inclusion.

Pour le gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée, cette rencontre vise à offrir un espace de partage aux acteurs de la finance envie de trouver solution à l’exclusion financière des femmes et des jeunes.

« La BCRG est heureuse de créer ce cadre d’échange sur une thématique aussi actuelle et importante que l’inclusion financière. Cette table ronde vise à offrir un espace de dialogues entre les différents acteurs de la finance inclusive envie de permettre de dresser un  bilan des innovations des processus et produits visant à élargir l’inclusion financière et à l’orienter vers les personnes qui en sont les plus exclues, c’est-à-dire les femmes et les jeunes. Les échanges permettront de comprendre les expériences d’inclusion financière des femmes adultes, des jeunes hommes et des jeunes femmes », a expliqué Lonceny Nabé.

Au cours de cette rencontre, cinq  pannels liés au thème seront développés pendant les deux premiers jours et la troisième journée seront consacrés à la célébration de la cinquième édition de la semaine  d’Africa Women Agenda.

Thierno Sadou Diallo 

+224 626 65 65 39

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.