Conakry : une cinquantaine de jeunes de la JCI formés sur les questions du genre

Print Friendly, PDF & Email

Dans le cadre de l’intégration de la gente féminine dans le cycle du projet communautaire, la Jeune chambre Internationale (JCI) parrainée par le Ministère de la Fonction Publique a initié samedi dernier, une formation sur la technique de l’intégration de genre dans le cycle du projet à l’intention de leurs membres.

Selon les organisateurs, l’objectif de cette formation était d’outiller ces 50 jeunes sur les techniques de l’intégration de genre dans le cycle du projet. Au terme de ladite formation, Monson Cissoko, président exécutif 2018 de la Jeune chambre international s’est dit très heureux, avant de préciser la particularité de cette nième formation.

‘’Ce n’est pas notre première activité, nous avons mené déjà plusieurs activités individuelles, communautaires et mêmes internationales en 2018. Mais la particularité de cette formation est partie d’un constat aujourd’hui que la gente féminine devient un vecteur de changement et de développement. Donc, on ne peut pas vouloir changer une communauté sans associer les femmes, les vieilles personnes et tout le  monde. C’est pourquoi, nous avons initié ce module pour outiller la phase de constat. Maintenant désormais, nous allons outiller les jeunes aux différentes techniques pour intégrer nos genres dans le cycle du projet et dans le différent processus de nos projets à savoir de santé, de l’éducation, d’environnement’’, a-t-il déclaré.

Au sortir de cette formation d’une seule journée, le président exécutif a déballé ses attentes. ‘’Mes attentes c’est qu’après cette formation, je crois qu’il y a beaucoup qui n’étaient pas seulement les membres de la jeune chambre internationale, il y  avait aussi d’autres leaders associatifs. J’ai  l’estime conviction que ces jeunes leaders associatifs et les membres de la JCI sauront intégrer désormais dans le différent cycle de projet. Et dans les différentes démarches pour qu’est-ce qu’il faut et comment il faut intégrer le genre dans le projet communautaire. Je crois que le résultat sera positif  parce que, c’est sur la base d’un constat que nous avons fait cette formation’’, a-t-il indiqué.

Selon le sénateur  et formateur Sylla Mountaga, au cours de cette formation, plusieurs thématiques ont été abordées. ‘’C’est une activité aussi  qui permet de pouvoir développer les esprits. Au cours de cette formation, on a pu avoir les modules  et l’échange sur le citoyen actif parce qu’on se dit qu’il faut amener les participants à comprendre pourquoi un citoyen actif du point de vue de la jeune chambre et les engager à pouvoir s’impliquer auprès de la localité et auprès de la communauté pour le développement positif de ladite localité. Et le deuxième thème traité, c’est le cas de la citoyenneté active, qui est un outil que la chambre met en disposition pour permettre aux membres de la jeune chambre  pour pouvoir évoluer dans l’exercice de leur travail de citoyen actif. Il permet aussi de donner tous les outils de stratégie sur la mobilisation, les actions pour comment mettre les projets en œuvre et enfin sur comment quel type de partenariat qu’il faut développer pour que le projet soit pérennisé et solide’’, a-t-il conclu.

Yaya  Dramé

+224 628380576 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.