Conakry. Des tonnes de cocaïne et de chanvre indien incinérées: 5 Turcs, 5 Sierra Léonais et 1 Guinéen placés sous mandat de dépôt

🔴MIS À JOUR🔴Le Ministère de la Justice Garde des Sceaux et des Droits de l’Homme, le Haut Commandement de la Gendarmerie Nationale, la Cour d’Appel de Conakry et le Parquet de Kaloum ont procédé mardi, 9 août à l’incinération de plusieurs tonnes des stupéfiants jugés hautement toxiques pour la santé publique.

Après le test effectué au Haut Commandement attestant l’authenticité de la Cocaïne, le cortège a pris la destination du site de l’Entreprise des Tabas et Allumettes de Guinée (ENTAG) pour l’incinération. Au total, 4101 kg de chanvre indien.

Cette quantité jugée par beaucoup de personnes qui luttent contre le flux massif des stupéfiants comme record a été saisie en 2 temps.

« La première saisie a été effectuée le 6 février 2022 et portait sur 275 plaquettes pour un poids net de 299 kg de cocaïne, convoyé par 5 personnes de nationalité Turque. La seconde saisie s’est opérée le 28 juillet 2022, il s’agissait une saisie record de 2318 plaquettes pour un poids net de 2 tonnes 605,1 kg de cocaïne impliquant pour l’instant 6 personnes dont 1 Guinéen et 5 Sierra Léonais ».

À en croire le Procureur de la République près du Tribunal de Première Instance de Kaloum, à date toute ces personnes font l’objet de procédure judiciaire.

« Elles sont toutes inculpées pour détention, transport international et trafic illicite d’estipifiant et sont placées sous mandat de dépôt, l’instruction judiciaire est en cour pour déterminer les différentes ramifications de ce trafic », a dit le procureur de Kaloum.

Poursuivant son speech, le Procureur Mamoudou Magassouba d’ajouter : « il m’est convenant de préciser que cette action d’incinération fait suite à l’ordonnance aux fins de destruction n°270 du 5 août 2022 du doyen des juges d’instruction du tribunal de notre siège ainsi que l’ordonnance d’incinération n°260 du 5 août 2022 du Président par intérim du même Tribunal statuant sur requête conformément à l’article 150 du code de procédure civile, économique et administrative》, a-t-il précisé quelques minutes avant l’incinération. 

Saisissant la balle au bond, le Président de la Commission d’Incinération -créée il y a juste quelques jours- et par ailleurs ministre de la Justice garde des Sceaux et des Droits de l’Homme Alphonse Charles Wright de remercier le chef de l’Etat, les membres du CNRD et l’ensemble du gouvernement avant de rappeler que ceci traduit la volonté de lutter de manière transparente contre le trafic international de drogue.

Mamadou Dian Bora Diallo…

« La Guinée à un moment donné était considérée comme la plaque tournante. Mais l’acte qui vient d’être posé, je peux oser dire sans risque de me tromper que la Guinée ferme définitivement sa porte à de telles pratiques. Ceux qui pensent et qui accusent de manière injuste que la transition couvre des pratiques illicites de cocaïne, c’est une réponse au-delà de la parole que le Président de la transition, tous les membres du CNRD, les membres du gouvernement, la politique pénale de la Guinée est désormais orientée vers la sanction la plus rigoureuse par rapport à ces genres de trafic. C’est une question de santé publique. Si vous regardez la valeur marchande de tout cela, on évalue et laissez-moi vous dire que dans un passé récent de la Guinée où on procédait à la substitution, ce n’est plus possible », dit le patron de la justice guinéenne. 

Après la mise du feu à cette quantité considérable de la drogue dure, l’Avocat Général Mamadou Dian Bora Diallo qui assure les activités du Parquet Général de Conakry a souligné que le combat sera sans relâche. Ajoutant que « le parquet général est dans son rôle régalien de superviser des activités des parquets, mais surtout de l’application de la politique pénale. C’est un ouf de soulagement, c’est une fierté pour vous dire que la justice guinéenne continue de lutter contre le trafic de drogue sous toutes ses formes. Donc, c’est un combat sans relâche qui va continuer sous toutes ses formes et le parquet général avec les parquets d’instance veilleront à ce que cette lutte soit menée sans relâche ».

Pour finir le Parquet dit s’inscrire dans la dyndamique de mettre tout en œuvre pour que les auteurs, co-auteurs, complices de ces faits suscités subissent les rigeurs de la loi. 

Mamadou Yaya Barry 

622 26 67 08 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.