Conakry : fin de la formation de plusieurs agents des douanes, de la police judicaire et de la santé

Print Friendly, PDF & Email

Clôture ce mercredi, 2 décembre 2020 de deux jours de formation, dans un réceptif hôtelier de Conakry de plusieurs agents de la police judiciaire, de la douane et de la santé. L’objectif de cet atelier est de faire participer les services de sécurité dans la gestion multi sectoriel des épidémies. 

A l’entame, Aboubacar Fabou Camara, Directeur central de la police judiciaire dira que « c’est suite à l’apparition de la maladie à virus Ebola dans la sous région ouest africaine que le secrétariat général d’INTERPOL a pris l’initiative de non seulement créer des module de formation pour les services chargés de l’application de la loi des six(6) pays touchés par cette épidémie en Afrique de l’ouest, mais aussi proposer la mise en place des groupes de risposte, dénommée Groupe RHINO dans chacun des pays. »

Poursuivant, il ajoutera que « c’est après avoir constaté une forte implication de la Guinée pour faire participer les services de sécurité dans la gestion multi sectoriel des épidémies, à travers les initiatives de Monsieur le Président de la République, le professeur Alpha Condé. L’OIPC a décidé de réaliser exclusivement pour la Guinée ce projet, pour une durée 2ans, sous le financement de secrétariat d’Etat Américain… »

Quant au commissaire Bakary Diakité en service à la direction nationale de la police judiciaire en même temps point focal du projet en Guinée, il affirmera qu’après cette formation suivie, les bénéficiaires seront capables désormais d’identifier les infractions liées au micro biologiste en Guinée.

« Au jour d’aujourd’hui, la majeure partie de ces hommes sont outillés pour pouvoir faire leur travail de façon convenable et essayer de faire des restitutions dans les services au sein de l’application de l’armée. Les services de la sécurité ont acquis une certaine d’expérience. Mais comme vous le savez, ces genres d’enquête dépendent du matériel scientifique que nous détenons. Sinon, nous avons suffisamment d’expériences pour pouvoir faire ce travail si nous avons les outils de travail. »

A noter que de septembre 2018 à la date d’aujourd’hui, 11 ateliers ont été réalisés, plus d’une centaine de cadres guinéens ont été formés et 13 experts se sont succédés en Guinée.

« Ceci démontre que le projet est le plus grand réalisé par la direction centrale de la police judiciaire à travers le BCN-INTERPOL Conakry », nous informe-ton.

Christine Finda (stagiaire)

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.