Connect with us

Societé

Conakry : fin de la rencontre sur l’élaboration des référentiels organisationnels de la protection civile

Published

on

Entamée en mai dernier, l’élaboration des référentiels organisationnels de la protection civile a pris fin ce mercredi 4 décembre, à Conakry par un séminaire organisé dans le cadre du PARSS3-MSPC.

Le séminaire a réuni un parterre de cadres de la direction générale de protection civile et de commandants d’unités de l’intérieur du pays ainsi que les experts techniques du projet PARSS3 financé par l’Union Européenne.

Le Conseiller protection civile du ministre de la sécurité et de la protection civile, Mohamed Lamine Goubi Sow a indiqué que ces huit mois d’intenses travaux ont permis de doter la protection civile guinéenne de textes référentiels portants sur l’organisation et le fonctionnement de ce corps paramilitaire.

« Ces travaux d’une grande importance revêtent un intérêt particulier pour le bon fonctionnement de la direction de la protection civile guinéenne. Ils (travaux) ont porté sur l’élaboration des textes juridiques indispensables pour la bonne gouvernance de notre institution. A savoir les textes d’organisation de l’état-major et des forces de protection civile, service d’incendie et secours (SIS) et des unités de protection civile (UPC). En effet, ces nombreux mois de travaux ont abouti à la rédaction des actes suivants : le décret  portant attribution et organisation de la direction générale de la protection civile, les 4 arrêtés portant  respectivement sur les attributions et l’organisation de la direction, techniques de l’administration et la logistique, la direction technique de la préparation opérationnelle, la direction technique des unités et interventions et de la direction technique de la conduite opérationnelle, les référentiels organisationnels des SIS, le référentiel emploi des UPC. La mise en place de ces textes constitue un facteur d’épanouissement de la direction générale de la protection civile. Mais aussi un atout certain pour l’atteinte des ambitieux programmes du Ministère de la sécurité et de la protection civile préoccupé par la prévention des risques de toute nature, l’information, l’alerte des populations ainsi que la protection des personnes, des biens et de l’environnement contre les accidents, les sinistres et les catastrophes », a-t-il dit.

Le lieutenant-colonel Gweanel Barbot, chargé de la composante protection civile du programme d’appui à la réforme du secteur de sécurité a énuméré quelques perspectives et recommandations pour rendre plus opérationnelle la protection civile guinéenne à l’horizon 2032.

« L’élaboration des textes d’organisation des services de la DGPC ainsi que des référentiels d’emplois des SIS et des UPC a permis de définir des objectifs cibles à attendre sur des phases triennales. D’abord, augmenter le nombre de personnel : 65 pour les centres d’incendie et de secours et 100 pour les Unités de protection civile. Ensuite, mettre le cap sur le développement et le renforcement afin d’aboutir à une autonomie. Lopérationnalisation de ce dispositif nécessite la mise en place de budgets de fonctionnement et d’investissement, pour lesquels certaines recommandations ont été faites. Ainsi que la mise en place dans le cadre des prochains travaux à un chemin directeur cursus professionnel, et un chemin directeur de la formation. Voilà l’ensemble de différentes recommandations et conclusions qui ont été apportées lors de cette clôture de séminaire. »

Raymond Lataste, chargé de programmes à la section gouvernance de l’Union européenne,  a rappelé que depuis 2013, son institution soutient la protection civile à travers les trois phases du programme d’appui à la réforme du secteur  de la sécurité. Un appui qui se matérialise par des formations du personnel, des fournitures en matériels et équipements d’intervention, mais aussi des constructions des casernes Nongo (Ratoma), de Mamou, Boké et N’zérékoré.

« A présent, l’appui va davantage se focaliser sur la formation et les équipements pour qu’à terme, la protection civile guinéenne dispose de ressources humaines formées, équipées et capables d’intervenir pour éteindre des feux et de secourir des victimes d’accidents.  Nous encourageons les autorités guinéennes à investir dans la protection civile, en dotant sa direction générale d’un budget de fonctionnement qui soit à la hauteur de ses missions », a-t-il plaidé.

Mohamed Cissé

+224 623-33-83-57

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités