Conakry : grappin sur un ”imam” qui filmait ses ébats… avec les femmes

Print Friendly, PDF & Email

Un homme d’une trentaine d’années a été mis aux arrêts par les services du colonel Moussa Tiégboro Camara. Elhadj Alhassane Sanoh, c’est son nom, est accusé des faits de « viol et de détention d’images pornographiques de personnes sans le consentement de celles-ci ».

Pour le Commissaire principal de police Mohamed Mazo Mansaré, responsable chargé de la communication au Secrétariat général à la Présidence chargé de la lutte contre la drogue et le crime organisé, le présumé violeur qui a passé six ans en Arabie saoudite est détenteur d’un diplôme de l’Université islamique de Médine, spécialité la Charia.

« A son retour, il s’est lancé dans les activités de vente de véhicules et de téléphones. Il entretient des relations avec les filles et femmes et les filme dans leur nudité absolue. Pour faire le chantage à ses victimes. Il leur envoie ces images pour demander de l’argent. Le cas pour lequel il a été interpellé, il a demandé 6 millions à sa victime avec laquelle il a eu des relations sexuelles. Or, vous savez que la capture, la détention et la diffusion des images pornographiques sans le consentement de l’intéressé est une infraction », a déclaré le Commissaire Mansaré.

Interrogé, Alhassane Sano, marié et père d’une fille, a avoué avoir harcelé la dame, lui demandant de venir à Kobayah. Il a par contre nié le paiement six millions de francs guinéens contre la non publication de la vidéo sur la toile.

Le présumé imam violeur Alhassane Sanoh sera présenté ce mardi à un juge.

Thierno Sadou Diallo

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.