Conakry : la Cour d’Appel met Koundouno et Diallo du FNDC en liberté provisoire

Print Friendly, PDF & Email

La cour d’appel de Conakry a accordé jeudi la liberté à Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo, tous membres du front national pour la défense de la constitution (FNDC), arrêtés la semaine dernière dernier en banlieue de Conakry au domicile du second.

Cette décision fait suite à une requête introduite à la première chambre de contrôle de l’instruction de la Cour d’appel de Conakry.

Après une audience à huis clos, la Cour a accepté de libérer Sékou Koundouno et Ibrahima Diallo et les mettre sous contrôle judiciaire. Les prévenus qui ne sont pour le moment pas blanchis, devraient donc se présenter au tribunal, une fois par semaine.

Koundouno et Diallo sont poursuivis pour “outrage à agent, violences et voies de faits, production, diffusion et mise à disposition d’autrui de données de nature à troubler l’ordre et la sécurité publics ou à porter atteinte à la dignité humaine”.

Thierno Sadou Diallo, depuis la Cour d’appel 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.