Conakry: prof d’université et gestionaire du marché de Taouyah se pend : la note qu’il a laissée…

Print Friendly, PDF & Email


Un jeune homme, âge d’une quarantaine d’années, s’est donné la mort par “pendaison”, dans la nuit du Jeudi 21 à vendredi 22 octobre. L’acte s’est passé dans la commune de Ratoma, au quartier Koloma en haute banlieue de Conakry.

Souleymane Diallo, c’est son nom, avait laissé une note avant de se suicider. M. Diallo était un économiste de formation, professeur dans une université privée de la place et en même temps secrétaire administratif du marché de Taouyah. 


Interrogé, Abdoul Karim Diallo, cousin de la victime revient sur les circonstances de sa mort et la note qu’il a laissée : « c’est après la prière de l’aube qu’on m’a joint au téléphone pour m’annoncer la triste nouvelle. Mais il a écrit un bout de papier qu’il a laissé, le contenu était insensé. Il a parlé des problèmes de la vie, des futilités, des souffrances, de moyens, du fait qu’il n’a pas pu épauler sa famille. Mais c’est une question de satan et c’est son destin. Il fallait avoir un petit mobile.».


Père biologique de la victime, Mohamed Lamine Diallo, dit avoir entendu parler d’une note qu’il a laissée mais ne l’a pas vue. Avant de préciser que son fils ne souffrait d’aucune maladie depuis sa naissance.

« Depuis sa naissance, il ne tombe presque pas malade. Je n’ai pas dépensé pour ses soins, même aucun franc. C’est la volonté de Dieu, c’est hier à 18h qu’il a échangé avec sa maman pour une cérémonie. Moi, il y a quelques jours on n’a pas parlé au téléphone. Actuellement même sa femme qui est en état de famille très avancé est chez moi, elle devrait même rentrer aujourd’hui parce qu’elle a un rendez-vous médical », renseigne le papa.


Dr Amadou Mouctar  Diallo, médecin légiste qui a été dépêché par les autorités judiciaires relate les circonstances dans laquelle ils (lui et son équipe) ont trouvé la victime : « nous avons trouvé un monsieur suspendu à une corde, nous avons pu découvrir est-ce ce que c’est un cas suicidaire ou homicidaire, nous avons des conclusions à nous que allons adressées au procureur et aux OPJ et l’enquête va suivre son cour », a-t-il expliqué sans donné d’informations détaillées sur les résultats obtenus par lui et son équipe.
Au moment où nous quittons les lieux, le corps a été remis à la famille biologique et le corps a été transporté dans une mosquée d’à côté pour préparer le corps à l’inhumation. La victime laisse derrière lui, une veuve en état de famille très avancé.
Mamadou Yaya Barry

622266708

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.