Conakry : saisie de 100 kilos de cocaïne dans une villa

Print Friendly, PDF & Email

Ce jeudi 14 janvier 2021, la Direction centrale de la Police judiciaire a présenté une grande quantité de cocaïne à la presse. Cette quantité importante de poudre blanche était enfouie dans 6 gros sacs, dont le plus petit avait 10 plaquettes en son sein et les autres 18 plaquettes bien emballées. La saisie a été faite à Nongo, grâce à l’intervention de la Brigade anti-criminalité, BAC N°10 de Sonfonia.

Le commandant Mamadou Bella Barry, officier adjoint de ladite BAC qui a conduit l’opération, est revenu sur les circonstances dans lesquelles la drogue a été saisie. « C’est dans le cadre de l’exploitation d’une information par la brigade anti-criminalité N° 10 de Sonfonia. Tout de suite, après avoir remonté les instructions, l’équipe s’est rendue sur les lieux. On a préparé une opération et nous avons préparé une descente dans une villa dans le quartier Kaporo (Nongo), dans la commune de Ratoma au bord de la mer. Quand on est arrivé sur les lieux, le gardien s’est enfui ; il est resté introuvable.  Après, en continuant les recherches, nous avons trouvé un sac lourd rempli de plaquettes. Tout de suite, sans tarder, nous avons remonté l’information à notre coordinateur qui nous a instruits que coûte que coûte, vaille que vaille, de prendre le sac et venir à notre base. À l’arrivée, le coordinateur nous a trouvés, ça a été déballé. Nous avons fait le décompte, nous avons trouvé 100 plaquettes dans le sac.  Le coordinateur a examiné, il semblerait que c’était de la cocaïne qui s’y trouvait. Le coordinateur, lui aussi, sans tarder, a remonté l’information aux autorités supérieures, il a reçu des instructions », explique Cdt Barry Mamadou Bella, officier adjoint de la Bac N° 10 de Sonfonia.

Quant au colonel Idrissa Camara, Coordinateur général des Bac, il aurait été lui aussi informé par l’un de ses agents de la présence de cette drogue à Nongo. Il affirme que c’était tellement sûr qu’il ne pouvait pas quitter les lieux sans l’avoir saisie.

« Dans la journée du mardi 5 janvier 2021, j’ai été informé par un de mes commandants qu’il y a une opération qu’ils sont en train de mener dans le cadre de l’exploitation d’un renseignement. Suite à ça, je leur ai dit d’aller vérifier. Arrivés sur le terrain, ils m’ont remonté qu’ils ont trouvé un sac plein d’objets inconnus. J’ai dit ‘’prenez et vous déposez dans votre base’’. Et immédiatement, j’ai pris la voiture pour partir sur les lieux. Et quand j’ai vu effectivement, j’ai compris que c’est des objets douteux. Et j’ai remonté directement l’information à ma hiérarchie qui m’a ordonné de prendre les objets et de les envoyer dans un lieu très sûr. Et je les ai embarqués dans ma voiture pour les déposer à la base. D’après les renseignements que j’ai reçus, quand les agents sont arrivés, ils ont trouvé effectivement un gardien. Mais vous savez, c’est des trucs, pendant la journée, les intéressés ne sont pas en place. Ils reviennent que la nuit. Il semble que le gardien a pris la fuite parce que dès qu’il a constaté la présence des agents, il a fui. Selon notre informateur, il travaillait avec eux. C’était tellement sûr qu’on ne pouvait pas quitter sans avoir ça », a-t-il expliqué.

Ces stupéfiants contenus dans des sacs de couleurs différentes ont d’abord été exposés, déballés puis comptés. Après un test, il a été confirmé que c’était effectivement de la cocaïne.

Christine Finda Kamano (stagiaire)

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.