Conakry. Un vieux vole le sexe du policier : ”je le lui ai rendu après des excuses” (audio)

Print Friendly, PDF & Email

L’Afrique garde encore ses valeurs. Un policier à Koloma, un quartier de la haute banlieue de Conakry l’a appris à ses dépens. Ce vendredi 29 mai, dans l’émission Africa2015 de la radio Nostalgie Guinée, l’auteur de cet acte insolite a brisé le silence. Cet homme originaire de Timbo dans la préfecture de Mamou, a tenu à expliquer ce qui l’a poussé à faire disparaître momentanément le sexe d’un policier qui voulait le racketter à cause du port du masque, rendu obligatoire par le gouvernement guinéen pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Cet homme nommé Saïkou N’Diarè, indique qu’il est disposé à enseigner son savoir-faire.

« Moi je suis de Mamou, Timbo, précisément du village qu’on appelle Missidè N’Diarè, donc tout le monde m’appelle Saïkou N’Diarè. Donc quelqu’un m’avait offert une voiture, je partais mettre mon nom sur les papiers de la voiture. Donc avant-hier je partais prendre les papiers, je suis venu jusqu’à Koloma, j’ai garé la voiture et j’ai traversé pour emprunter une moto afin de pouvoir récupérer les pièces de la voiture. A mon retour, lorsque je traversais la route, j’avais mon masque au-dessus du nez. Je suis venu jusqu’à ma voiture, et le policier est venu me dire que j’ai violé, je lui ai dit, qu’est-ce que j’ai violé ? Il a dit, tu ne portes pas bien le masque. J’ai dit, bien sûr, mais c’est depuis le terre-plein central que j’ai mis le masque au-dessus de mon nez. Je lui ai demandé de me pardonner, tu as raison parce que c’est le Président même qui a fait un décret pour le port de masque. Il a dit non qu’il ne pardonne pas. Je lui ai donné 30 000 francs guinéens, et je lui ai présenté des excuses à cause de la tenue qu’il porte et à cause du décret du Président. Donc si je viole ça, je dois présenter des excuses. Il a dit que ce n’est pas possible et qu’il faut que je paie 400 mille francs guinéens. Je lui ai dit non, je ne vais pas payer 400 mille parce que ce n’est pas ce que le Président a dit. Il a dit il faut que je le suive, j’ai dit pour aller où ? Je voulais monter dans ma voiture, il m’a pris. J’ai vu que ça devient sérieux et les gens commençaient à se rassembler au tour de nous. Donc je lui ai dit de vérifier dans son pantalon si son sexe n’est pas parti. Il a dit donc tu m’insultes ? J’ai dit non, je ne suis pas un troubadour, j’ai encore dit de vérifier. Il a envoyé sa main, et il a trouvé que son sexe n’est pas là. Ça commencé à murmurer, je suis monté dans ma voiture, certains me disaient même de partir. Mais moi, je m’étais acquitté de mon devoir parce que j’ai payé les 30 000 que le Président a demandé. Le policier m’a supplié, il m’a même proposé de l’argent pour ramener son sexe. Je lui ai dit de prendre cet argent et acheter un autre sexe au marché.

Donc de la manière dont j’ai fait pour faire disparaître son sexe, c’est de cette manière j’ai procédé pour le ramener…. Les gens peuvent venir me voir. Pour ce qui et de l’enseignement de mon petit secret, on parlera de ça prochainement », a-t-il indiqué sans détour.

 

 

Thierno Sadou Diallo

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.