Conflit domanial à Kindia : une vieille femme et sa petite fille meurent après le passage des gendarmes à Kambaliyah

Print Friendly, PDF & Email

A Kindia, le conflit domanial qui oppose le secteur Wondolayah à celui de Kambaliyah dans la sous-préfecture de Damakania vient d’enregistrer deux cas de morts. C’est une vielle femme de 90 ans et sa petite fille qui ont rendu l’âme ce lundi 13 avril 2020. D’après les habitants de Kambaliyah, les deux victimes sont mortes asphyxiées par des gaz lacrymogènes de la gendarmerie.

Nous vous annoncions dans notre précédente publication, ce conflit domanial vieux de 21 ans qui a refait surface dans la localité de Komoyah ce dimanche 12 avril 2020. A l’origine, après avoir attaqué les habitants du secteur Wondolayah, les gendarmes se sont rendus à Kambaliyah où ils se seraient servis de gaz lacrymogènes pour pouvoir arrêter les citoyens. Interrogé sur cet incident, N’Gambalou Bangoura habitante de ladite localité explique :  « Tout s’est déroulé hier, la vielle mère était couchée à la maison moi, je quittais au bas-fonds. C’est ainsi que j’ai vu Ansoumane devant les gendarmes qui se servaient de gaz lacrymogènes. Nous sommes rentrés en courant dans la maison. Je suis restée auprès de la vielle c’est ainsi qu’ils ont tiré des gaz à l’intérieur de la maison. La vielle m’a dit M’Balia comment nous sommes aujourd’hui ? Je lui dis seul Dieu pourra nous sauver. L’intérieur de la maison était noir, les enfants pleuraient, moi je suis sortie. Au moment où ils partaient, je leur ai dit, vous êtes venus chez nous et vous avez tué notre grand-mère. Ansoumane est revenu avec les gendarmes en disant que la vielle n’est pas morte. Ils ont fait sortir la vielle au dehors avant d’embarquer les motos de nos frères. Hier à 17 heures, N’Nadi Camara âgée de 90 ans a rendu l’âme et ce lundi sa petite fille qui était dans la même chambre qu’elle, âgée d’un an 6 mois a aussi rendu l’âme. »

A rappeler que dans le secteur de Kambaliyah, les gendarmes auraient arrêté plusieurs personnes hier dimanche 12 avril 2020. Ces deux camps réclament chacun la paternité de ce domaine d’une superficie de 554 hectares depuis maintenant 21 ans.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

+224 623 08 09 10

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.