Construction de la prison de Yorogoguia : le bailleur espagnol en prison, Guinée cherche partenaire

Print Friendly, PDF & Email

Lors de la conférence de presse, vendredi, le ministre d’état chargé de la justice Me Cheick Sako, a annoncé que le partenaire espagnol de la Guinée qui finançait la plus grande partie du projet de construction de la prison de Yorogoguia (dans Dubréka) est actuellement en prison à Barcelone, en Espagne pour des problèmes familiaux, indiquant que la Guinée a réussi aussi à résilier le contrat avec lui.

Il y avait une convention internationale que j’ai trouvée là que j’ai fait signer avec le ministre des finances. Je me suis déplacé à Madrid pour voir la maison-mère de la société, on était confiants. Mais, il y a un problème interne entre l’Espagnol qui était là et ses frères pour une entreprise familiale. Actuellement, il est en prison déjà à Barcelone. Et, la Guinée a été victime de ça“, a regretté le ministre Cheick Sacko.

Et d’ajouter : “Quand, j’ai appris ça, qu’est-ce que j’ai fait ? Je me renseigne pour savoir le problème qu’il a en Espagne. Il est en prison pour des causes, qui ne concernent pas la Guinée, mais comment nous on peut ne pas être victime de cette situation. J’ai envoyé le conseiller Sylla à Madrid, qui est allé rencontrer les frères à deux reprises. Puisqu’on attend les négociations pour résilier à l’amiable la convention. Je vous rappelle que c’est une convention internationale, si on résilie de façon unilatérale, on va se retrouver en arbitrage, comme c’est un fait de force majeure pour la Guinée, on est entré en négociation. Et, on a obtenu une résiliation à l’amiable, on l’a fait par la voie d’un notaire de Barcelone. Donc, dans ça le conseiller Youssouf Sylla, parti également rencontrer les frères de cet Espagnol, a rencontré l’espagnol en prison pour qu’il nous signe disant qu’il ne va se retourner contre le Ministère de la Justice et l’Etat guinéen. Ce document qu’on a eu au mois de septembre dernier, donc à partir de là, on a la voie libre. On est en train de chercher des partenaires, donc on s’est fait avoir une fois, on ne va pas se faire avoir pour une 2è fois. Sinon, on devient des imbéciles. Donc, ça prendra un peu de temps, on a auditionné beaucoup de partenaires, il faut qu’il y ait des gens sérieux pour que ce projet soit out”.

Elisa Camara

+224 654 95 73 22

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.