Construction de l’ERAM de Labé : ‘’le chantier est un tout petit peu en retard par rapport aux autres’’ (Lansana Komara)

Le chef du département en charge de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, Lansana Komara poursuit toujours son périple dans le pays profond pour constater de visu le niveau d’avancement des travaux de construction des écoles régionales des arts et métiers (ERAM) et de la situation actuelle des CFP.

Après Dabola et Kouroussa, Siguiri et Kankan où il a visité les écoles régionales des arts et métiers (ERAM) en construction et les centres de formation professionnelle (CFP), le ministre Komara et sa suite ont visité ce mardi 4 septembre, l’ERAM de la région administrative et les autres écoles techniques et professionnelles de Labé.

Accompagné par les autorités régionales et préfectorales, de ses cadres techniques dont le secrétaire général du département, Michel Koivogui et le Directeur général de l’Agence Guinéenne pour la Promotion de l’Emploi (AGUIPE), il a touché du doigt les différentes réalités.

Selon l’ingénieur Alsény Sylla en charge du suivi des travaux, le niveau actuel d’exécution des travaux est de 90%. ‘’Je pense que le chantier se porte dans les conditions les meilleures. Présentement, les ouvriers sont à pied œuvre pour pouvoir respecter le délai contractuel qui est prévu pour la fin du mois de novembre prochain. Ce qui reste à faire dans ce chantier n’est qu’auxiliaire. Si vous prenez l’ensemble du projet, nous sommes aujourd’hui à un taux d’exécution de 90%. Et plus tard, en 45 jours, on pourra boucler tout le reste’’, dira-t-il, avant de donner les caractéristiques de l’infrastructure.

A l’en croire, il y a dans l’ensemble 12 bâtiments. ‘’Dans ces bâtiments nous avons trois logements de fonction, deux blocs des salles de classe à niveau, un amphithéâtre, un bloc administratif, une cuisine, deux bocs des ateliers des différents métiers, la toilette vestiaire, un terrain multiforme, des châteaux de 30 mètres cubes chacun approvisionnés par un forage. La capacité d’accueil des salles est de 40 élèves par salle théorique. Et au total, nous avons 16 salles de classe’’, a-t-il ajouté, avant d’informer que le retard accusé par son entreprise dans l’exécution des travaux était dû à un problème de financement qui est selon lui, est entièrement réglé maintenant par les autorités.

Quant au gouverneur de Labé, Sadou Keita, il s’est réjoui de l’implantation de cette école régionale dans sa juridiction, avant d’indiquer : ‘’Je suis certain que cette visite de Monsieur le ministre pourra encourager l’entreprise à évoluer de manière accélérée. Je suis fier aujourd’hui de savoir que la région de Labé très bientôt, aura une école régionale des arts et métiers. Ce qui va faire la promotion des arts et métiers dans cette région et je suis certain qu’avec cette école de qualité, beaucoup de jeunes vont se reconvertir dans les arts et métiers’’, a-t-il mentionné.

Prenant la parole pour la circonstance, le ministre Komara a tenu à préciser : ‘’Je voudrais d’abord commencer par féliciter les travailleurs de ce chantier et surtout les encourager. Parce que le constat est que par rapport aux autres chantiers, le chantier de Labé est un tout petit peu en retard. C’est pourquoi je voudrais les encourager à redoubler d’effort afin d’être dans le délai contractuel. L’autre fois, nous nous sommes retrouvés à mon bureau avec tous les entrepreneurs et nous avons décidé ensemble, que le délai pour la fin des travaux soit fixé au mois de novembre. Mais j’ai bon espoir avec l’allure qu’ils ont, qu’ils pourront respecter ce délai. Nous comptons beaucoup sur eux et nous comptons aussi sur les autorités régionales et préfectorales de Labé pour mettre la pression afin que le délai soit respecté. Et je suis convaincu que cette pression là ne manquera du côté des autorités’’, dira-t-il entre autres.

Poursuivant, il s’est prononcé sur la question relative à l’équipement de ces différentes ERAM. ‘’Il faut savoir que nous sommes déjà prêts à équiper les écoles régionales des arts et métiers (ERAM). Mais on ne peut pas venir équiper ces écoles, si les clés ne sont pas rendues. C’est pour ça que nous mettons la pression pour que  leur équipement soit effectif pour nous permettre de faire face à d’autres programmes…’’

C’est au terme de cette visite de terrain que le ministre s’est rendu au domicile familial du grand imam de Labé pour des salutations d’usage.

Youssouf Keita, depuis Labé

+224 666 48 71 30

Print Friendly, PDF & Email

TAG


One thought on “Construction de l’ERAM de Labé : ‘’le chantier est un tout petit peu en retard par rapport aux autres’’ (Lansana Komara)

  1. CONDÉ ABOU

    Incroyable et bravo ! Mention  »Honorable » Monsieur le Ministre de l’Enseignement Professionnel, S.E. Lansana Komara pour tout le soutien au développement de ces projets d’Ecoles régionales des Arts et Métiers dans les provinces du pays.

    Si vous réussissez dans ce programme d’écoles des arts et métiers, aucun Jeune sorti de ces Ecoles en Guinée, ne vous demandera un concours de recrutement à la Fonction Publique.

    Soyez-en certain, Monsieur le Ministre, et puis, même les Jeunes gens des pays voisins mettront le cap sur Labé, Dabola, Faranah, Kouroussa, Siguiri, Kankan, N’Zérékoré et j’en passe, pour y venir faire leur formation dans les arts et métiers.

    C’est formidable, et ce soir je suis très content d’apprendre de si bonnes nouvelles dans ce département, aussi essentiel pour changer le désespoir de milliers de Jeunes en espoir pour leur vie. Pourquoi ?

    Parce que même au-delà de nos frontières, il est reconnu que nos jeunes compatriotes sont en général très intelligents dans tous les domaines : la maintenance, la téléphonie, l’audio-visuel, les métiers de l’électricité, de la plomberie, la maçonnerie, la menuiserie, l’ébénisterie, la mécanique générale, la chaudronnerie, etc…

    Mieux vaut offrir à nos Jeunes compatriotes Filles et Garçons, la compétence qui leur garantit l’autonomie et la création de leurs propres businesses, plutôt que de leur donner des diplômes en trompe-l’œil et qui ne servent à rien du tout sur le marché du travail.

    Franchement, mes félicitations à ce type de projets hautement positifs pour le pays, et qu’il faudra démultiplier dans les principales villes du pays.

    Merci Monsieur le Ministre Lansana Komara, de ne pas du tout oublier la Préfecture de Gaoual, qui est l’un des centres par excellence de l’élevage et de la culture de l’arachide, du fonio et du coton en Guinée. Cette Préfecture comme les autres vous en seront redevables, même dans 50 ans, si vous changez sur place, la vie de leurs enfants !

    Repondre

Laisser un commentaire