Contre la hausse des frais d’inscription: les 17 étudiants arrêtés ont tous été libérés, hier

Print Friendly, PDF & Email

Au cours de leur manifestation pour exiger la diminution des frais d’inscription et de réinscription, plusieurs étudiants de l’université Général Lansana Conté de Sonfonia ont été arrêtés et conduits à la CMIS 6 de Yattaya où ils ont passé plus de 24 heures. C’est dans l’après-midi de ce vendredi 18 décembre, que ces étudiants au nombre de 17, ont tous été libérés.

Joint au téléphone, Saidou Camara, étudiant en administration des affaires à Sonfonia et coordinateur national du collectif des étudiants pour la réduction des frais d’inscription et de réinscription(CERIR), revient sur les circonstances dans lesquelles les forces de sécurité ont procédé à l’arrestation de ces 17 étiduants :

« Notre appel à manifester contre la hausse des frais d’inscription et réinscription sur toute l’étendue du territoire national et l’université Général Lansana Conté de Sonfonia a répondu favorablement. Nous avons commencé pacifiquement la manifestation à partir de 8 heures, on a continué à protester, à dire Non à 250 000FG, non à 200 000FG, Oui à 50 000, Oui à 30 000FG et Oui à 15 000FG. Soudainement, nous avons vu deux pick-ups de la police de Sonfonia. Peu à peu les pick-up se multipliaient, un a décidé d’intervenir pour libérer la route qu’on avait barricadée, les responsables de l’université ont dit aux agents des forces de sécurité de quitter sur le territoire des étudiants pour que ceux-ci puissent manifester. Sans attendre, les agents ont lancé des gaz lacrymogènes. Sur le coup, il y a eu plus de 10 étudiants qui sont tombés sous l’effet du gaz, les agents sont intervenus pour procéder à l’arrestation de ceux qui sont tombés et les embarquer dans les différents pick-ups. Il y a eu 17 arrestations d’étudiants qui ont été conduits à la CMIS 6 de Yattaya.

Après leur arrestation, des démarches ont été menées par le collectif afin de les libérer, informe Saidou Camara explique.

« Il y avait parmi eux plus de 5 jeunes actifs du mouvement qui avaient leurs téléphones sur eux, ceux-ci nous ont contactés pour nous dire qu’ils ont été arrêtés et qu’ils sont à la CMIS 6 de Yattaya. Donc, on a contacté nos amis et le recteur afin de les libérer. Quand on les a libérés, on a fait une prise de photo et j’ai échangé avec beaucoup d’entre eux, ils m’ont dit que c’est normal, je les ai félicités et leur ai remonté le moral. ».

Maintenant qu’ils sont libres et que chacun a regagné son domicile, Sadou Camara dit sa joie : « ce sont nos vaillants guerriers qui avaient été arrêtés par la police, donc aujourd’hui ils sont libres, je suis très très content de ça, et je les remercie beaucoup pour leur courage et leur ténacité. »

Aux dernières nouvelles, les frais d’inscription et de réinscription ont été rendus gratuits pour cette année universitaire par le gouvernement.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.