Contre un 3è mandat : un nouveau front appelé ”Alliance pour l’Alternance Démocratique” se dresse

Print Friendly, PDF & Email

Dans le but d’inviter le peuple de Guinée à s’opposer à un troisième mandat pour le président Alpha Condé, un nouveau mouvement dénommé ‘’Alliance pour l’alternance Démocratique’’ a été lancé ce mercredi 29 juillet à Conakry. C’était au cours d’une conférence de presse à Kipé, dans la commune de Ratoma.

Dans une déclaration, les membres de ce mouvement sont revenus sur les violences enregistrées en Guinée au cours des derniers mois.

« Ces violations répétées des droits de l’homme ont atteint particulièrement leur paroxysme entre octobre 2019 et mars 2020 lors des manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) où les forces de l’ordre ont réprimé dans le sang les manifestations, entraînant ainsi l’assassinat de plus de 200 jeunes à Conakry, Mamou, Labé et N’Zérékoré, sans oublier les jeunes tués récemment lors des manifestations contre les délestages du courant électrique en Haute Guinée. A ces assassinats, s’ajoutent les kidnappings, les arrestations arbitraires, le mépris des lois, les violences de domiciles, les confinements forcés, autant d’actions commises à l’encontre de civils qui, de par leur nature, s’apparentent à des crimes de génocide et des crimes contre l’humanité », a dit Madame Marie Louise Kamano, porte-parole de l’Alliance.

Poursuivant, elle a invité le peuple de Guinée à s’investir davantage pour une alternance en 2020.

« De ce qui précède, notre mouvement, Alliance pour l’Alternance Démocratique (2AD) invite le peuple de Guinée, dans sa globalité et dans sa diversité, à agir ensemble pour exiger une transition démocratique immédiate dans le but de réinstaurer les piliers de la République. Seule une transition démocratique permettra à la Guinée de restaurer les institutions démocratiques, à savoir ; la réinstauration de la constitution de 2010 par la voie référendaire moyennement des amendements appropriés, à l’exclusion des dispositions intangibles ; le remaniement de la CENI et de la Cour constitutionnelle devant revêtir du caractère d’impartialité ; l’installation d’une haute cour de justice… », dit-elle.

Dans les prochains jours, la structure annonce qu’elle compte étaler ses stratégies pour exiger une alternance démocratique en Guinée.

Mohamed Cissé 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.