Convocation des journalistes dans l’affaire “Nabayagate” : “il s’agit là d’une simple diversion…’’ (président Agépi)

Print Friendly, PDF & Email

L’Association Guinéenne des Éditeurs de la Presse Indépendante (AGEPI), à l’image de plusieurs associations de presse, manifeste sa solidarité aux journalistes (Youssouf Boundou Sylla de Guineenews, Ibrahima Sory Traoré de Guinee7 et Moussa Moïse Sylla de Inquisiteur). Ils sont poursuivis devant le tribunal de première instance de Kaloum le mardi le 15 décembre prochain, dans l’affaire d’un supposé détournement de plus de 200 milliards par l’actuelle ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle Zénab Nabaya Dramé.

Pour Alpha Abdoulaye Diallo, président de l’Agépi, directeur de publication du journal “Le Populaire” et co-signataire de la déclaration de solidarité des journalistes poursuivis par Zénab Nabaya Dramé « il s’agit là d’une simple diversion, pour tenter de stopper l’élan des journalistes d’investigation. Mais nous attendons que justice soit faite et que le dévolu à la presse ne soit jamais éclaboussé par de telles tentatives d’intimidation pour ceux qui ont choisi de mettre sur la place publique tous les actes  susceptibles de détournement dans ce pays. »

Le président de l’AGEPI, appelle à une grande mobilisation devant le tribunal, le 15 décembre.

« C’est un élan de solidarité, donc nous estimons qu’un journaliste poursuivi doit effectivement se présenter devant le tribunal. Ils vont se présenter en compagnie de tous les journalistes qui estiment que le métier doit être soutenu par la justice et que les journalistes ne devraient pas faire l’objet de poursuites judiciaires quand ils mettent sur la place publique des résultats d’enquêtes. C’est pourquoi nous appelons à une grande mobilisation des journalistes devant le tribunal le 15 décembre », a-t-il indiqué. 

Il faut rappeler le 9 décembre de chaque année est célébré sous le signe de la journée internationale de la lutte contre la corruption à la suite de l’adoption de la Convention des Nations-Unies contre la corruption en 2003.

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.