Les coordinations communautaristes assignées en justice dès la semaine prochaine (Lansana Diawara)

Print Friendly, PDF & Email

Au cours d’une interview accordée à la rédaction de Médiaguinée, Lansana Diawara, le président de la maison des associations et ONG de Guinée, une plateforme de la société civile à affirme que dès la semaine prochaine, sa structure assignera en justice les représentants des coordinations communautaires. De telles associations étant interdites par la loi, il estime que ces coordinations sont la cause de l’ethnocentrisme et de la haine en Guinée.

Selon Lansana Diawara, en tant qu’une plateforme responsable de la société civile, sa structure a décidé d’assigner en justice les responsables de ces coordinations telles que Halli Pular, celles mandingue, Kissi, Töma et Guerzé car il est inadmissible qu’elles créent une fissure au sein de la société et de la République guinéenne. « Ces coordinations aujourd’hui sont de véritables industries de haine, de mépris et même de corruption dans notre pays. Puisqu’en réalité, c’est de ça qu’il s’agit. Donc là, nous avons instruit notre pool d’avocats qui a presque bouclé le dossier. Donc la semaine prochaine, l’ensemble des représentants de ces différentes coordinations seront assignées en justice pour association non autorisée puisqu’il faut le citer. La loi, elle est très claire là-dessus, toute association à caractère communautariste ou toute association à caractère régionaliste est formellement interdite en République de Guinée. Deuxièmement, pour le fait de faire la promotion de la communauté de par ces associations haineuses, pour nous, c’est une violation de la loi très grave, ils seront assignés devant la justice la semaine prochaine, ils vont répondre de leurs actes qu’ils sont entrain de poser à longueur de journée dans notre pays pour fragiliser le pays, pour fragiliser notre unité, c’est de ça qu’il s’agit, donc la maison des associations et ONG de Guinée ne restera pas les bras croisés », a-t-il estimé, ajoutant que qui qu’elle soit, toute personne faisant la promotion d’une coordination devra elle aussi répondre devant la justice.

 « Qu’ils soient hommes politiques ou qu’ils soient hauts cadres de ce pays, quiconque fera la promotion également de ces coordinations communautaristes, nous porterons également plainte contre toi pour atteinte à la République puisque c’est de ça qu’il s’agit. C’est inadmissible, c’est inacceptable, nous n’allons plus le permettre en tant que société civile. Soit on se lève pour se battre ensemble ou nous allons tous périr ensemble », menace-t-il. À moins qu’un projet de loi soit voté pour réglementer ces coordinations et associations, la maison des associations et ONG de Guinée se dit prête à aller contre vents et marées pour que jusqu’au bout.

 « Aujourd’hui, vous avez des associations qui se disent mandingues, ils (les représentants, ndlr) prennent des décisions, ils veulent l’imposer et font la promotion, ils se disent c’est notre fils, … De l’autre côté, Haali Pular, ils se retrouvent, ils se disent c’est notre leader, il faut qu’on le soutienne pour qu’il vienne au pouvoir, une autre partie, il y a des Kissiens qui se lèvent pour dire écoutez notre fils a été nommé, on l’a enlevé de son poste ministériel, faut pas qu’il accepte l’autre poste… C’est extraordinaire quand même. De l’autre côté, vous avez vu les Tömas qui se lèvent pour manifester à Macenta, de l’autre côté à Kindia pour dire que leur fils a été enlevé de poste… Ce sont des exemples comme ça à longueur de journée. Si nous voulons admettre cela, il n’y a pas de problème, qu’on engage un projet de loi à l’assemblée nationale pour réglementer pour dire que désormais les coordinations communautaristes sont autorisées par nos lois, là il n’y a pas de problème mais du moment où c’est interdit par nos lois, raison pour laquelle nous on sait saisis des textes. Vents et marées, cela va coûter ce que ça va coûter mais ils vont tous répondre devant les juridictions. Ces associations communautaristes sont de véritables industries d’ethnocentrisme dans notre pays, de haine, de mépris, et je dirais même de corruption puisque c’est des véritables businessmen ».

Lansana Diawara conclut en disant que des plaintes seront adressées aux représentants de ces coordinations afin qu’ils aillent répondre devant les juridictions.

Maciré Soriba Camara

1 Commentaire
  1. Sylla 3 ans il y a
    Repondre

    ll faut éradiquer toutes ces communautés sectaires.
    Elles sont pire qu’Ebola.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.