Coronavirus : Erdogan se fait vacciner pour rassurer les Turcs

Print Friendly, PDF & Email

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est fait administrer le vaccin chinois CoronaVac jeudi, s’efforçant de montrer l’exemple au moment où Ankara a lancé une campagne d’immunisation sur les chapeaux de roues.

La présidence turque a diffusé des images montrant le président turc, masque sur le visage, recevant une première injection du vaccin chinois dans un hôpital d’Ankara. “J’espère que la campagne de vaccination sera bénéfique et que nous recevrons rapidement les 50 millions de doses nécessaires”, a-t-il déclaré en se faisant vacciner. “Certains font de la publicité négative (autour du vaccin) mais j’espère que le bon sens va prévaloir”.

En se faisant vacciner au premier jour de la campagne, M. Erdogan semble en effet chercher à rassurer les Turcs alors que le taux d’efficacité du vaccin chinois fait l’objet de débats. Le président turc a appelé les leaders des différentes formations politiques du pays à se faire vacciner aussi pour montrer l’exemple. La Turquie a lancé sa campagne de vaccination contre le coronavirus en commençant à administrer jeudi le vaccin CoronaVac au personnel soignant dans différentes régions du pays. Des employés du secteur de la santé ont reçu la première injection dans plusieurs villes, notamment à Istanbul et la capitale Ankara.

Dans l’hôpital Kartal Lutfi Kirdar, sur la rive asiatique d’Istanbul, le médecin-chef Recep Demirhan a été le premier membre de l’équipe médicale de l’établissement à se faire vacciner, selon un photographe de l’AFP sur place. “Nos concitoyens ne doivent pas s’inquiéter au sujet de la vaccination. Tous les vaccins disponibles en Turquie sont sûrs”, a-t-il déclaré après avoir reçu sa piqûre. “C’est le vaccin auquel on a pu avoir accès. Je souhaite que notre peuple puisse en bénéficier au plus vite et qu’on puisse se débarrasser de cette pandémie”, a affirmé de son côté Ayhan Karabulut, un médecin qui a été vacciné dans un hôpital à Ankara.

Le vaccin CoronaVac, produit par la firme chinoise Sinovac, est administré en deux doses espacées de quatre semaines. La vaccination en Turquie est ouverte à ce stade pour les personnels soignants qui n’ont pas contracté le Covid-19, a expliqué mercredi le ministre turc de la Santé Fahrettin Koca. La campagne devrait plus tard s’élargir aux travailleurs des secteurs considérés comme “à risque” et aux plus de 65 ans.

256.000 vaccinés

Le nombre de personnel soignant qui a été vacciné jeudi avait dépassé 256.000 en début de soirée et continuait d’augmenter selon un site d’information mis en place par le ministère de la Santé. “La Turquie a une infrastructure robuste pour mener la campagne de vaccination”, a affirmé M. Koca sur Twitter.

Le ministre de la Santé s’était fait vacciner mercredi soir devant les caméras, suivi par les membres du Conseil scientifique turc. “Tout le monde doit être vacciné pour qu’on puisse retourner à notre vie d’avant. C’est un vaccin sûr”, a-t-il déclaré. La Turquie a reçu fin décembre une première commande du vaccin de Sinovac, après avoir affirmé à l’issue de premiers essais que celui-ci était efficace à 91,25%, malgré l’absence de résultats officiels des tests de phase 3. Ce taux est très supérieur à celui de 50,38% annoncé mardi au Brésil et aux 65,3% dont a fait état l’Indonésie, qui a commencé à utiliser ce vaccin mercredi pour immuniser sa population. Outre ce vaccin, la Turquie est en négociations avec le laboratoire allemand BioNTech pour acheter 4,5 millions de doses et 30 millions d’autres en option de son vaccin produit en collaboration avec l’Américain Pfizer. La Turquie, qui compte 83 millions d’habitants, a enregistré plus de 2,3 millions de cas de Covid-19, dont plus de 23.000 mortels.

AFP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.