Covid-19 : le préfet de N’zérékoré menace de sanctionner les tenanciers de lieux de loisirs ”récalcitrants”

Print Friendly, PDF & Email

Tout est parti du constat des autorités préfectorales et communales relatif à la réouverture des lieux de loisirs dont les boîtes de nuit et maquis. Toute chose qui sont en déphasage avec l’état d’urgence sanitaire. Ce week-end, les responsables des bars dancings, maquis et même hôtels et motels ont été convoqués par le préfet Saa Yola Tolno. La rencontre s’est tenue dans la salle de conférence de la préfecture.

Pour le premier magistrat de la préfecture, il s’agit d’une loi dans le pays qui doit être scrupuleusement respectée.

« Nous les avons informés de la décision prise au niveau national pour respecter les mesures barrières. Ces derniers temps, il a été constaté qu’en dehors des hôtels, des motels, des restaurants, que des maquis et autres lieux de regroupement soient fermés. Mais en ce qui concerne les hôtels et motels, et les bars, les gens doivent respecter les mesures barrières. Ils ne ferment pas mais il faut que les mesures soient observées. Lorsque nous leur avons expliqué, certains ont demandé à ce qu’on fasse d’abord la sensibilisation. Je leur ai répondu que la sensibilisation est déjà faite », a réagi Saa Yola Tolno, préfet de N’Zérékoré.

Une décision qui passe mal chez les tenanciers des dancings et maquis dont les revenus seront fortement affectés par cette nouvelle mise en garde.

« Franchement c’est difficile pour nous. Parce qu’aujourd’hui l’État bien vrai nous les remercions pour les mesures prises pour la lutte contre la Covid-19, mais ce que l’État oublie, que dans les autres pays, où ces mesures ont été prises, il y a eu les mesures d’accompagnement. Mais contrairement à notre pays qui est la Guinée, il n’y a pas eu de moyens pour nous accompagner en cette période.

On nous demande de fermer ici à N’Zérékoré et pourtant rien ne bouge dans la région. Il n’y a aucune activité dans la ville. Alors comment nous allons subvenir à notre besoin et nos familles respectives. Nous ne vivons que de ça, vraiment c’est une décision très difficile », s’est lamenté ce responsable de maquis bien connu de la ville.

‘’Tout contrevenant à cette décision répondra de ces actes’’ a menacé pourtant le préfet.

« Si vous êtes atteint aujourd’hui par la Covid-19, est-ce que vous allez parler du manager ? Ce n’est pas contre vous, mais contre la maladie. De toutes les façons quand il y a une décision, nous, notre devoir est d’informer tout le monde. Mais nous continuons parallèlement la sensibilisation. Parce que l’application d’une telle mesure doit aller de pair avec la sensibilisation. Donc nous continuons cette sensibilisation. Maintenant, pour ceux qui vont s’entêter, ils répondront de leurs actes devant la loi”, a laissé entendre le préfet.

Pour le moment, la ville de N’Zérékoré n’a enregistré que deux cas confirmés au Covid-19 en provenance tous de Conakry.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’Zérékoré

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.