Covid-19. Le préfet de Pita fait fermer une mosquée manu militari à Ninguélandè

Print Friendly, PDF & Email

La décision de fermer tous les lieux de culte, prise par le chef de l’Etat dans l’optique de freiner la propagation du Covid-19, en instaurant un état d’urgence sanitaire dans tout le pays est loin de faire l’unanimité. Dans la sous-préfecture de Ninguélandè, préfecture de Pita, d’après nos informations les prières collectives continuent leur cours normal dans la grande mosquée de cette juridiction malgré l’interdiction. C’est pour mettre fin à cette pratique pendant cette période de crise sanitaire que le préfet de Pita Khalidou Kéita a fait fermer manu-militari ce lieu de culte réfractaire, ce dimanche 10 mai 2020. Et les contrevenants interpellés.

« Effectivement la mosquée de Ninguélandè a été fermée. Il a été interdit de prier présentement dans les mosquées, mais ceux de Ninguélandè n’ont pas voulu se plier à la décision. Donc lorsque nous avons appris cette information, nous avons convoqué le Maire et le Sous-préfet pour leur exposer les faits. Malgré tout ça, l’Imam de Ninguélandè a catégoriquement refusé et continuait de diriger les prières obligatoires et surérogatoires. Donc on s’est dit que cela ne peut continuer, surtout que dans les districts de Ninguélandè la décision est respectée. Si au centre le respect de la décision fait défaut, les autres aussi vont emboîter le pas. Nous avons informé El Hadj Bano, ensemble nous avons convenu de prendre des dispositions, histoire de fermer la mosquée pour le moment. C’est une unité de la gendarmerie qui a été déployée sur les lieux pour procéder à cette fermeture » relate ainsi le Préfet Khalidou Kéita.

Même si pour le moment personne n’a été mis aux arrêts, mais les auteurs de cette violation de la décision du chef de l’Etat ont été rappelés à l’ordre.

« Personne n’a été interpellé, nous allons convoquer l’imam, mais nous avons convoqué le maire, nous lui avons dit qu’il est le seul responsable de ce qui s’est passé puisque s’il avait bien transmis aux populations ce que nous lui avons dit, c’est sûr, les citoyens n’allaient pas refuser de respecter la décision. Actuellement nous avons confié la mosquée aux autorités sous-préfectorales et communales jusqu’à nouvel ordre » a précisé notre interlocuteur.

À noter que Pita a déjà enregistré son premier cas positif de Covid-19 depuis le 09 mai dernier.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!