Covid-19 : le président de FEGUIPAH/Kankan invite l’Etat à penser aux personnes à mobilité réduite

Print Friendly, PDF & Email

Il y a plus d’un mois, le Président de la République a décrété l’état d’urgence sanitaire accompagné de certaines mesures drastiques sur l’ensemble du territoire national. Toute chose qui s’inscrit dans le souci de limiter d’éventuelles contaminations et la propagation du Coronavirus à travers le pays.

A Kankan le coordinateur de l’antenne régionale de la Fédération Guinéenne de la Promotion et Association des Personnes Vivant avec Handicap FEGUIPAH sort enfin de son silence et estime que les personnes à mobilité réduite sont laissées pour compte par l’Etat en cette période de crise sanitaire que traverse l’humanité.

« Quand le Président de la République a décrété l’état d’urgence sanitaire, y a eu certaines mesures d’accompagnement qui ont été prises. Mais nous les personnes qui vivons avec handicap, nous n’avons pas été cités par le Président et il faut des mesures préventives pour que nous qui sommes avec handicap soyons épargnés de cette maladie qui est covid19 ».

Poursuivant, Kémo Guilavogui estime aussi qu’ils sont oubliés par l’ANIES « Nous sommes oubliés par l’Agence Nationale d’Inclusion Economique et Sociale-ANIES. Parce que, quand on dit personnes vulnérables, c’est nous d’abord les handicapés. Il y a également des albinos ainsi que des sourds-muets. Donc l’agence devrait nous assister sans arrière-pensée parce que nous sommes les personnes les plus démunies. Cependant nous souhaiterions auprès de cette direction générale de venir nous appuyer, nous qui sommes les personnes qui vivons avec handicap, sinon aujourd’hui nous vivons très atrocement. Car quand la maladie est venue, ça a bloqué tout ; on ne bouge pas que tu le veuilles ou pas. Il faut que tu restes confiné chez toi parce que là où tu veux aller si là-bas est fermé donc on est obligé de rester dans le confinement et comment nourrir maintenant la famille. Parce que nous avons des enfants, nous avons des parents aussi de qui nous devons chercher des bénédictions, si vraiment l’Etat ne fait pas face à notre situation je ne sais pas où confier désormais la tête ».

A cet effet, il sollicite que l’Etat leur vienne en aide en les dotant de kits sanitaires.

« Premièrement, il faut qu’il nous aide à trouver des bavettes, des gels hydro-alcooliques, des kits de lavage de mains et des savons parce que nous sommes les personnes les plus démunis. » Avant d’ajouter « En dehors de tout ce que je viens de citer, nous souhaiterions auprès de l’Etat de nous aider à avoir des vivres c’est-à-dire des sacs de riz, parce que la plupart des personnes qui vivent avec handicap à Kankan ne vivent seulement que de la mendicité et aujourd’hui des mosquées, des églises où ces gens-là gagnent leur quotidien tout est fermé, ils ne savent plus à quel saint se vouer ».

Outre cette pandémie à Coronavirus, la saison hivernale avance aussi à grands pas, le coordinateur de l’antenne régionale de la Fédération Guinéenne de la Promotion et Association des Personnes Vivant avec Handicap FEGUIPAH s’inquiète du sort de ses pairs. Car la plupart d’entre eux ne possèdent pas de moyens de déplacement d’où cette invite à l’endroit du gouvernement. « L’hivernage qui s’annonce comme ça, nous avons un problème qui nous fatigue ici c’est le problème de moyens de déplacement. Parce qu’il y a des handicapés qui trainent à terre et quand il pleut ici ils sont dans la boue. Donc je demande à l’Etat de nous aider à trouver les moyens de déplacement notamment les tricycles et voir même des motos parce qu’à l’heure-là, il y a des gens qui fabriquent très bien les motos de  KTM appropriées à nous les handicapés et qui nous permettent de nous déplacer très facilement  aujourd’hui », conclut-il.

Alpha Oumar Koïta, correspondant à Kankan

(+224) 622-16-07-20

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.