Covid-19 : les tenanciers de bars, restaurants, night-clubs et motels appellent l’Etat à plus d’indulgence

Print Friendly, PDF & Email

En conférence de presse ce vendredi, 7 août, les tenanciers de bars, restaurants, boites de nuit et motels ont interpellé le président de la République sur les conditions dans lesquelles ils vivent depuis la fermeture des lieux de loisirs pour cause de la pandémie du coronavirus.

Dans une déclaration, ces gestionnaires des lieux de regroupement réunis au sein de l’Association Guinéenne des Tenanciers des Bars, Motels et  Night-clubs en Guinée (AGT) disent qu’ils se battent contre le chômage en Guinée.

« L’AGT tient à rappeler que les bars, les motels, les restaurants sont certes des lieux de loisir et non des lieux de vagabondage et de délinquance. Les tenanciers de ces structures sont des entrepreneurs qui s’acquittent des taxes, des impôts et toute autre charge fixée par l’Etat. Donc, nous contribuons à cet effet, à renflouer les caisses l’Etat et nous participons pleinement au développement économique de notre pays. Notre secteur emploie plus de 15 mille personnes à travers toute la Guinée, et il est composé que des jeunes femmes et des jeunes garçons. Par conséquent, nous contribuons à la réduction de la pauvreté et au chômage en Guinée », dit le président de l’association, Valy Sacko.

Dans cette même note, les tenanciers des lieux de loisir plaident pour une réouverture de leurs structures, et adressent 3 requêtes au chef de l’Etat.

« Dans le plan de riposte proposé par le gouvernement, les bars, les restaurants, les motels, les boîtes de nuit, ne bénéficient d’aucun accompagnement de la part de l’Etat. L’AGT est consciente que la Covid-19 continue à sévir dans le monde et dans notre pays, et que des mesures barrières sont des importances capitales pour stopper la propagation du virus. Que l’Etat a le rôle et la responsabilité d’assurer la sécurité de chaque citoyen », relèvent-ils..

Plus loin, ils ont déroulé les trois requêtes qui, selon eux, pourraient, si elles sont appliquées, améliorer leur collaboration avec les décideurs du pays et les mettre à l’abri de la faillite.

« 1-Officialiser l’ouverture progressive de nos structures respectives tout en mettant en place les règles et mesures à adopter. Par exemple, des lieux disposant d’espace et progressivement en fonction de l’évolution de la pandémie pour l’ouverture totale des autres lieux de loisir. Cette requête est fondée sur le fait que les tenanciers sont sous les charges et sans aucune assistance financière de la part de l’Etat. Et, la faillite de nos structures mettra des milliers de guinéens en chômage et dans la précarité.

2-mettre en place un système de contrôle triparties. C’est-à-dire ANSS-tenanciers et service de sécurité pour un service efficace et sans violence des structures officiellement ouvertes.

3-Nous sollicitons à notre ministre d’instaurer un dialogue franc avec son homologue de la sécurité pour la prise en compte de notre préoccupation et le bien-être des guinéens qui sont plongés dans la précarité depuis 6 mois », soulignent-ils dans leur déclaration.

Mohamed Cissé

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.