Covid-19. N’Zérékoré : boîtes de nuit et maquis fonctionnent comme si de rien n’était…

Print Friendly, PDF & Email

Depuis la levée du couvre-feu à l’intérieur du pays, les responsables des lieux de loisirs dans la commune urbaine de N’Zérékoré, principale ville de la Guinée forestière ont décidé eux-mêmes de rouvrir les bars-dancing et maquis en violation de l’état d’urgence sanitaire instauré par le chef de l’État pour empêcher la propagation du Covid19. Et ce, nous apprend-t-on en complicité avec certaines autorités de la place.

Selon notre constat qui nous a amené dans plusieurs lieux de loisirs, ce week-end partout nous avons trouvé les Bar dancings et maquis pleins à craquer.

Une réalité qui se passe de commentaires car les autorités locales censées faire respecter l’état d’urgence sanitaire seraient bien informées de la réouverture de ces lieux publics.

Le préfet Saa Yoola Tolno avait pourtant déclaré que les instructions fermes ont été données aux responsables des lieux de loisirs de les fermer au cours de la réunion tenue le mercredi 27 mai 2020 dans la salle de conférence de la préfecture.

Mais contre toute attente, ces lieux n’ont pas été fermé. Et depuis ce jour, l’ambiance est au rendez-vous partout dans ces dancings et maquis.

Un des responsables de maquis d’ailleurs nous a confié sous anonymat, que lors de la réunion qu’ils ont tenue avec les autorités à la préfecture, que les pénalités leurs ont été infligés de payer entre 500 et 700 mille francs guinéens.

Il a par ailleurs ajouté que les autorités leur ont instruit de rouvrir tout en respectant les mesures barrières.

Au commissariat, cette thèse n’est pas reconnue par le commissaire qui dit ne pas avoir reçu de l’argent des mains de ces gérants de Bar dancing et maquis.

Déjà cette situation suscite beaucoup de réactions au sein de la population mais particulièrement les responsables religieux qui trouvent illogique que les lieux de culte restent fermés pendant que les dancings et maquis fonctionnent.

A cette allure, la ville risque aujourd’hui d’être frappée de plein fouet par cette pandémie si rien n’est fait. Le week-end passé, le corps d’un octogénaire en provenance de Zao qui a été transporté à l’hôpital régional de N’Zérékoré a été déclaré positif au Coronavirus par l’ANSS à travers les autorités sanitaires de la région.

L’homme en question avait fait le test à Conakry avant de rejoindre N’Zérékoré sans attendre le résultat.

Selon, les sources hospitalières, on dénombre aujourd’hui 17 cas de contacts dont des médecins à l’hôpital régional de N’Zérékoré.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’Zérékoré

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.