Coyah. Assassiné chez lui, Sosthène inhumé : ‘’papa, tu ne verras plus grandir tes enfants’’

Print Friendly, PDF & Email

Il était 2 heures du matin, lorsque des bandits armés ont pénétré le domicile de Sosthène Loua pour lui ôter la vie devant sa femme et ses enfants. C’était dans la nuit du 24 au 25 décembre 2020. Sosthène Loua, chef du département Relations publiques et marketing à la Direction générale de l’Agence guinéenne des spectacles, journaliste professionnel dans le domaine de la presse écrite et audiovisuelle, fut aussi un membre influent de l’Eglise catholique de Guinée, plus particulièrement de l’Archidiocèse de Conakry où il était responsable et coordinateur par intérim de l’Imprimerie Mission catholique.

C’est dans une grande triste, accompagnée de prières, de larmes, et de pleurs que les parents, proches, amis, collègues et collaborateurs sont venus témoigner leur affection à Sosthène Loua dans une église, avec une foule vêtue de noir et de blanc.

Pendant son homélie, Père Emmanuel Corréa a témoigné de l’affection aimable du défunt à l’endroit de sa femme, de ses enfants, du reste des fidèles chrétiens et de sa foi en Dieu. Ajoutant que Sosthène et Lucie ont vécu leur vie sous le signe de la foi.

 « Un jour, à Boffa, sous les pieds de la Croix, il demanda à Dieu de lui donner une femme à l’image de Marie. Il disait toujours à sa femme “Lucie, nous venons de loin”. Venus de loin pour se construire et construire l’avenir. Sosthène a rejoint son Dieu, pour l’accomplissement de sa mission qu’il a cherchée sur terre par son engagement à l’Eglise. », témoigne-t-il.  Il termine en disant ceci : « être assassiné devant sa femme et ses quatre enfants, cela nous donne à réfléchir »

Un de ses enfants, âgé de 7ans, aurait même proposé une somme de 1000fg aux assaillants pour que leur père ait la vie sauve. Mais hélas ! Ces pauvres enfants et leur mère pleurent profondément cette douloureuse disparition.

« Papa chéri, mon père qui m’a toujours aimée, celui qui aimait m’appeler mon amie est parti. Tu ne verras plus grandir tes enfants », dira sa fille en sanglotant.

Quant à sa femme, elle demande à son mari de lui donner le courage et la force de surmonter cette douloureuse épreuve. Et d’ajouter : « En voyant cette foule qui est venue t’accompagner, je sens que je n’étais pas la seule à t’aimer. »

Après la prière faite en son honneur à la Cathédrale Sainte Marie de Conakry, le corps de Sosthène Loua a été accompagné par une foule à Sanoyah (préfecture de Coyah) pour son inhumation. Il laisse derrière lui une femme et quatre enfants.

Christine Finda KAMANO

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.