Connect with us

En Guinée

Coyah : des journalistes et responsables de communication des services publics outillés sur le plan de communication en cas d’urgence

Published

on

Les rideaux sont tombés ce vendredi 30 août, à Coyah sur L’atelier de formation des journalistes et responsables de communication des services publics sur le plan de communication en cas d’urgence.

Avec pour thème « Préparer les services chargés de l’application de la loi aux  futures épidémies en Guinée », cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet prepline sur financement du département d’Etat Américain grâce à la collaboration de l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM) et l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS).

Durant trois (3) jours, les participants d’une quarantaine ont été enseignés sur des différents types d’informations et de communications à faire en temps d’urgence sanitaire.

Dans son intervention, le représentant de l’OIM, Guy Paul Coumbassa s’est réjoui de l’attention portée à la formation, avant d’annoncer que son organisation reste rassurée que l’objectif pour lequel cet atelier est tenu, sera atteint.

« Cet atelier nous a permis de connaitre les grands principes de communication sur les risques ainsi que les mesures à adopter pour une réponse rapide et adéquate en situation d’urgence. Cette formation, fruit de la collaboration entre l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire et OIM Guinée a été rendu possible grâce au concours du projet prepline sur financement du département d’Etat Américain. J’ose espérer que les notions apprises lors de cet atelier contribueront au renforcement de vos institutions respectives et à transmettre des informations en temps réel et crédibles aux populations guinéenne », a-t-il dit.

Facilitant la tenue de cette formation de renforcement des capacités, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire a, à travers le représentant du Dr Sakoba Keita, Sory 2 Keira annoncé ses remerciements à l’endroit des participants en ces termes :

« Je voudrais au nom du directeur général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, Dr Sakoba Keita qui m’a mandaté de venir le représenter à cet atelier, vous dire grand merci. Nous avons choisi le moment le plus difficile de l’année pour organiser cet atelier. Mais, je suis heureux de vous dire que nous avons avoisiné les 90 pourcents de participation. Pour moi, c’est la première chose à relever puisse que nous avons tous vu la pluie qui avait un objectif qu’on remette l’atelier à une autre date. Mais, nous avons dit non parce que chacun de nous avait un objectif qui est de venir écouter et apporter sa petite contribution par rapport ce thème d’une importance capitale… »

Au sortir de la rencontre, Rabiatou Barry, l’une des participantes a parlé de quelques notions  développées au cours de l’atelier. Elle a ensuite remercié les organisateurs pour l’initiative.

« Cet enseignement que nous avons reçu durant ces trois jours est une communication qui est un peu différente des autres communications que nous avons l’habitude de voir (…) Nous avons beaucoup besoin de ça parce que lors de la maladie Ebola, la population guinéenne avait beaucoup souffert parce que les informations n’ont pas été remontées à temps et surtout pas des informations correctes. Et là, pendant ces trois jours, on m’a expliqué que lorsqu’il y a des cas d’urgence, il faut non seulement communiquer très tôt mais communiquer également correctement. Dire ce qu’on connait et n’est pas mentir à la population parce que c’est très grave. Il faut surtout être ouvert à la communauté et  les gens qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école.  Ce sont quelques enseignements que nous avons reçus et nous allons faire bon usage quand la nécessité se présentera » a-t-elle indiqué.

Mohamed Cissé, de retour de Coyah

+224 623 33 83 57

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook