Coyah/Julien Yombouno : « beaucoup de fonctionnaires travaillent dans les mines, à la banque. A cause d’eux, on ne peut pas faire le recrutement… »

Print Friendly, PDF & Email

La dernière étape de   l’immersion du gouvernement à l’intérieur  du pays était  la region de kindia. C’est dans ce cadre que le ministre du Travail et de la Fonction publique, Julien Yombouno,  était  ce vendredi  17 juin en conclave avec les travailleurs de l’administration publique de la préfecture de Coyah. 

Ici, le ministre a touché du doigt  des conditions de travail des agents de la fonction publique, mais aussi  également sur la vie des stagiaires  et contactuels au niveau des services de la Guinée profonde.

« Ce que nous avons vu c’est vraiment difficile, les conditions de travail partout où nous sommes passés. Nous avons aussi relevé beaucoup de stagiaires,  beaucoup de contractuels, beaucoup d’agents bénévoles, qui travaillent certains depuis 18 ans, comme le record à N’Zèrèkorè où une dame travaille depuis 2004,comme stagiaire. 

À l’intérieur du pays, nous avons des stagiaires, des bénévoles et des contractuels sans contrat, sans acte d’engagement et sans salaire, franchement y a beaucoup de problème.

Sur le fonctionnement de l’administration dans l’arrière-pays, il a souligné : « Nous avons constaté que l’administration ne fonctionne pas, il faut dire les choses,telles qu’elles sont. Si l’administration ne fonctionne pas, c’est pas par la faute des fonctionnaires, ni par la faute des administrateurs territoriaux (préfets et gouverneurs), le pays a abandonné son administration, pas d’équipements, parfois les bureaux sont exigus ou délabrés, non équipés, pas d’engins roulants, ni de crédit de fonctionnement. 

Sur le cas des fonctionnaires sans situation, il apporte une précision :  « J’ai trouvé une dame à Mandiana depuis Louis M’Bemba Soumah (ancien ministre de la Fonction publique) elle est engagée à la fonction publique, elle a son acte d’engagement, elle a son matricule, zéro franc à la fin du mois, elle ne sait même pas où elle est positionnée. À l’intérieur du pays, il y a beaucoup de postes vacants et des intérimaires ,qui sont là depuis des années sans suite. »

Sur le cas des directeurs des ressources humaines, Julien Yombouno donne son ultimatum : « chaque ministère a ses rôles et ses fonctions régaliennes. Le ministre du travail et de la fonction publique est le seul garant de la gestion des ressources humaines. Les gens ont parfois, je sais pas ils se mêlent d’un travail qui ne les concerne pas. Il est difficile qu’ils cèdent, mais avec moi ils vont céder ou ils s’en n’iront autrement. Tout cadre qui ne relève pas du ministère du travail et de la fonction publique ou qui n’a pas été nommé par le ministre de la fonction publique, quel qu’il soit, qu’il soit assistant ou adjoint, quand il est d’un autre département outre que le ministère du travail et de la fonction publique, il devrait cesser immédiatement toute immixtion dans la gestion des ressources humaines. »

Pour terminer sa communication face aux fonctionnaires de Coyah, il précise ceci à propos du recrutement des nouveaux fonctionnaires : « La mise à la retraite devrait aboutir au recrutement proportionnel au nombre des gens envoyés à la retraite. Malheureusement nous nous sommes rendus compte qu’il y a des milliers d’agents à la fonction publique qu’on appelle les non postés, qui à la fin du mois touchent leurs salaires, qui ne travaillent pas. Pendant ce temps beaucoup d’entre eux sont dans les mines, dans les banques, ils sont dans les assurances, ils travaillent au privé et reviennent à la fin de chaque mois prendre le salaire.  Et du fait qu’on ait des gens comme ça, on ne peut pas faire le recrutement sans revoir leur situation au clair. »

À rappeler que le ministre Julien Yombouno a promis de revoir la situation des fonctionnaires qui prennent le salaire, mais qui se trouvent à l’extérieur du pays et de mettre en place bientôt un système où tous les fonctionnaires se retrouveront dans un seul compte ou fichier. 

Kalidou Diallo

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.