Coyah : le préfet contre les constructions anarchiques en bordure de mer et sur le flanc des montagnes

Print Friendly, PDF & Email

 Après le conseil administratif préfectoral de Coyah, le préfet Aziz Diop  était ce mardi 15 juin  dans les localités de  Somayah (commune urbaine) et de  Kassonyah ( Maneah) pour toucher du doigt des constructions anarchiques en bordure de mer, sur le  flanc des montagnes et les sources d’eau.

Très remonté contre les occupants de ces lieux stratégiques de l’environnement, le préfet  a souligné : « le thème central du conseil administratif préfectoral s’articulait effectivement par rapport à la gestion de la protection de l’environnement, intitulé ” le monde rural au cœur du développement participatif et de la poussée de la pression urbaine’’. Je crois que les maires ont compris, les responsables locaux ont compris, mais aujourd’hui on est face à un désarroi. Notre environnement est menacé, dégradé. Et si vous constatez, il pleut rarement à Coyah. Nos mangroves sont offensées, des constructions anarchiques partout et je suis sorti pour voir moi-même, vivre les faits. » 

Et d’ajouter : « tout le monde est complice, de l’Habitat, en passant par l’Environnement, jusqu’à  l’Anam, tous en complicité avec ses grands promoteurs. Le paysan n’a pas ces moyens, ce n’est pas un cadre moyen qui peut faire ça. Ce sont les grands argentiers de Conakry, de Coyah ou des personnes se disant haut placées, qui viennent détruire notre patrimoine climatique. Dans les jours à venir, on va interpeller tout le monde et nous porterons plainte contre ces personnes-là, pour destruction de l’environnement et ils  vont  répondre devant la justice. Malgré l’insistance et la persistance du professeur Alpha Condé aucun recule. Et il y a des lieux où j’ai fait arrêter les travaux. Aujourd’hui, à ma grande surprise, encore ils persistent, ils envoient des agrégats là-bas.  On ne reculera pas. Chantage, menace, tout ce qu’ils veulent, ils n’ont qu’à le faire, mais pour la protection de notre environnement, on ne reculera pas. On a tout répertorié avant d’agir. J’ai pris tout mon temps aussi. Pendant un an, les gens pensaient que je suis comme d’autres et quand je ferai mon rapport, ça sera évident et personne ne peut réfuter ça sauf Dieu. »

Le préfet Aziz Diop a exhorté les gardes forestiers à redoubler d’efforts et à faire leur travail sans faille: « avec les combines administratives et pressions administratives sur les éco-gardes, j’ai pris mon temps de les voir comment ils fonctionnent. Et c’est pourquoi ce matin, je les ai rappelés à l’ordre, que c’est eux les gardiens de notre environnement, ils sont formés pour ça, payés pour ça et d’assumer leurs responsabilités. Et leur seule couverture, c’est moi et d’être courtois, mais fermes pas rapport à la préservation de l’environnement. Je ne reculerai pas, parce que  si je recule, je suis complice et responsable de ce qui va arriver  demain matin. Je ne veux pas que l’histoire me rattrape. » Attendons de voir la suite.

 Kalidou Diallo

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.