Crise à Boké : c’est le ministre des Mines et celui de l’Energie qui vont en parler selon le président Alpha Condé

Print Friendly, PDF & Email

Comme annoncé, le président Alpha Condé était ce samedi 16 septembre 2017, face à la presse nationale et internationale pour parler de l’accord signé récemment à Xiamen entre la Chine et la Guinée portant sur 20 milliards de  dollars américains. C’était en présence de quelques membres du gouvernement et des membres du cabinet de la présidence de la république.

Au cours de ce point de presse qui s’est finalement transformé en conférence de presse, plusieurs questions dont celle relative à la crise actuelle de Boké ont été posées au président Alpha Condé. Sur cette question précise et d’actualité, le président Alpha Condé n’a pas voulu aller en profondeur des choses. Il s’est simplement contenté d’annoncer que le ministre des Mines et de la Géologie et celui de l’Energie et de l’Hydraulique tiendront une conférence de presse au cours de laquelle, ils expliqueront point par point cette affaire de Boké.

« Les ministres des Mines et le ministre de l’Energie vont organiser une conférence de presse pour parler de cette affaire », dira-t-il avant d’indiquer que la première liste des jeunes de Boké qui avait été faite dès après la première crise dans le cadre des emplois n’était pas bonne. Selon lui (le président Alpha Condé) on ne pas faire une telle liste à Boké sans qu’on ne retrouve par exemple des Koumbassa, Sampil.

« Pour le contenu local, nous l’avons demandé lorsqu’il y a eu les premières manifestations en avril. Je me suis penché sur la situation et j’ai convoqué les miniers. J’ai parlé du contenu local. Ça veut dire d’abord employer les gens de la région. Mais quand je vois la liste des prestataires, je n’ai pas vu un Somparé, un Koumbassa, un Kanté, ni un Sampil. Mais même si on doit prendre un Condé ou un Diallo, ça ne veux pas dire qu’on n’aura pas de Diallo et de Condé. Mais il faut  commencer d’abord par eux. C’est en ce moment  qu’ils ont décidé de mettre 50 camions, j’ai dis non, il faut monter à 70. Ceux qui peuvent les permettre de transporter la bauxite et de rembourser le camion en même temps d’avoir leurs ressources et de transformer. J’ai  donc demandé de convoquer nos parents de Boké en disant donc voilà les 70 camions. Aller maintenant voir quels sont les hommes d’affaires qui peuvent exploiter ces camions…  »

Par Youssouf Keita

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.