Crise à la FEGUIBASKET : le collectif des anciens internationaux et entraîneurs guinéens demandent la mise en place d’un CoNor

Print Friendly, PDF & Email

Le collectif des anciens internationaux et entraîneurs guinéens ont animé mardi 21 juin un point de presse à la Minière pour donner leur point de vue sur la crise qui mine la fédération guinéenne de basketball depuis 2019. Il  était question de demander la mise en place d’un comité de normalisation (CoNor) chargé de la gestion du Basket-ball guinéen avant l’organisation d’une nouvelle élection. Une requête qui vise selon les conférenciers à aplanir les divergences en vue de garantir un avenir meilleur aux futures générations du basketball guinéen.

À en croire Sidiki Doumbouya,  la mission de ce collectif est de regrouper tous les basketteurs autour d’un idéal, par la défense des leurs droits et valeurs. 

« La majorité d’entre vous en connaissent long sur la crise qui perdure depuis plus de 3ans après de multiples tentatives de les ramener à de meilleurs sentiments dans l’intérêt de tous. Après l’intervention des autorités, nous basketteurs, profitant de l’inconscience des athlètes en majorité qui rêvent d’exposer leurs talents aux yeux du monde, de voir le bout du tunnel par leur art le basket-ball, la plupart d’entre eux sont des victimes de chantages, le résultat d’un stratagème machiavélique visant à s’éterniser sur le trône, une position bien déplorable qui obligea les athlètes, coachs arbitres à faire des choix imposés par le système, bien que vrai nous avions toujours le choix tant que l’on n’a pas choisi, pour ceux qui l’ont fait, l’économie nous enseigne que la plupart de nos choix sont imposés, dus à la rareté de nos besoins ou ressources. Une stratégie qui pousse nous basketteurs à faire le culte de la personnalité, l’affairisme qui nous divise afin de régner. Nous les basketteurs sommes tombés tellement bas que nos problèmes qui se réglaient par de simples tapes à l’épaule ou par de simples causeries se règlent par des insultes, les coups de poing, voire devant les tribunaux », a-t-il expliqué. 

Poursuivant, il dira qu’en dépit de toutes les stratégies machiavéliques visant à les priver du plaisir de jouer, ils se battront pour faire régner l’harmonie au sein de leur entité.

« Nous pouvons perdre ce combat, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu car il n’a aucune légitimité. Certes beaucoup seront perçus comme des lâches ou des traitres mais ce combat nous ne le menons pas pour une personne mais notre entité, le basket-ball. C’est un sacrifice que nous faisons mais c’est aussi un devoir pour tous, nous devons nous battre pour harmoniser notre entité. Nous ne pouvons-nous permettre de léguer à nos jeunes frères ou la future génération une entité malsaine.

Nous appelons à la conscience collective de tous les basketteurs, mettons-nous ensemble pour l’amour de ce basket pour  apporter l’amour au sein de notre entité. Donnons l’espoir aux plus jeunes. Jamais on ne sortira de ce système jamais nous ne serons restitués si nous n’avons pas le courage de parler d’une voix », dira-t-il avant d’ajouter : « Nous les basketteurs les plus concernés, puisqu’il s’agit de notre avenir, avons qu’une solution à cette crise qui perdure : la normalisation. Nous n’en voulons plus des deux fédérations qui ne font plus objet de confiance », a-t-il conclu.

Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.